Écrire Prolongation de la détention arbitraire d’un collaborateur d’une ONG

Le 5 mars, un tribunal israélien a confirmé le renouvellement de la détention administrative de Salah Hammouri pour quatre mois supplémentaires. Chercheur de terrain pour l’ONG palestinienne Addameer, cet homme est détenu sans inculpation ni procès par les autorités israéliennes depuis le 23 août 2017.

Le 26 février, un tribunal de district israélien à Jérusalem a renouvelé pour quatre mois supplémentaires le placement en détention administrative de Salah Hammouri, un Franco-Palestinien qui travaille pour une ONG. Sa détention devrait désormais prendre fin le 28 juin. Salah Hammouri, qui est actuellement incarcéré à la prison de Ketziot, dans le sud d’Israël, avait fait l’objet d’un ordre de placement en détention administrative de six mois le 29 août 2017, et cette décision avait été confirmée le 17 septembre 2017. Sa détention devait prendre fin le 26 février 2018. Le même tribunal a confirmé son renouvellement le 5 mars.

L’audience pour la confirmation du renouvellement devait avoir lieu initialement le 1er mars, mais elle a été reportée car les avocats de Salah Hammouri ont décidé de la boycotter, dans le cadre d’un mouvement de protestation mené par des détenus palestiniens et leurs avocats pour demander la fin du recours à la détention administrative. Dans ce même contexte, le 13 février, des Palestiniens emprisonnés par les autorités israéliennes sans inculpation ni procès sous le régime de la détention administrative avaient publié une déclaration (http://cda.gov.ps/index.php/ar/ar-news/5025-2018-02-20-08-49-53) indiquant qu’ils entameraient une campagne de boycott contre les tribunaux militaires à compter du 15 février.

Les forces israéliennes ont arrêté Salah Hammouri au cours d’une descente effectuée dans la nuit du 22 au 23 août à son domicile, dans le quartier de Kafr Aqab à Jérusalem-Est (territoire occupé). Salah Hammouri a le statut de résident de Jérusalem-Est. Il travaille comme chercheur de terrain à Jérusalem pour l’organisation palestinienne de défense des droits humains Addameer, qui est basée à Ramallah et soutient les prisonniers. Khalida Jarrar, membre du bureau exécutif d’Addameer, est également placée en détention administrative depuis le 2 juillet 2017, et les autorités israéliennes ont interdit à trois autres membres du personnel de cette organisation de quitter Israël et les territoires palestiniens occupés.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !