Écrire Reprise des exécutions prévue pour Septembre

Selon des déclarations du président des Maldives, la peine de mort pourrait être appliquée « d’ici fin septembre ». Ces exécutions, si elles avaient lieu, seraient les premières dans le pays depuis plus de 60 ans. La Cour suprême des Maldives a confirmé les déclarations de culpabilité et les condamnations à mort de trois hommes à la mi-2016, et tous trois risquent maintenant d’être exécutés à tout moment.

Trois prisonniers sous le coup d’une condamnation à mort, Hussain Humaam Ahmed, Ahmed Murrath et Mohamed Nabeel, risqueraient trois d’être exécutés à tout moment. Selon les médias, le président Abdulla Yameen a réitéré, le 6 août, son engagement à procéder à des exécutions « d’ici fin septembre ». L’identité des prisonniers concernés par les exécutions prévues n’a pas été divulguée, mais cette annonce est intervenue alors qu’Amnesty International avait reçu, le 19 juillet 2017, des informations indiquant que les autorités faisaient des préparatifs pour des exécutions imminentes.

Si les autorités procédaient aux exécutions, non seulement ce serait un retour en arrière tragique pour ce pays, où aucune exécution n’a eu lieu depuis plus de 60 ans, mais ce serait aussi contraire aux obligations incombant aux Maldives au titre du droit international, notamment à leur obligation de protéger le droit à la vie de ces trois hommes. La Cour suprême des Maldives a, à ce jour, confirmé les déclarations de culpabilité et les condamnations à mort de trois hommes, qui ont maintenant épuisé toutes les voies de recours disponibles au niveau national.

Amnesty International est vivement préoccupée par l’iniquité des procédures qui débouchent sur des condamnations à mort dans le pays, notamment par l’utilisation d’« aveux » qui auraient été obtenus sous la torture et sur lesquels l’un des condamnés à mort, Hussain Humaam Ahmed, est revenu par la suite.

En 2016, le Comité des droits de l’homme de l’ONU a demandé au gouvernement des Maldives de suspendre l’exécution d’Hussain Humaam Ahmed, dans l’attente de l’examen d’un recours déposé en faveur du prisonnier. Ce comité a formulé la même requête en juillet 2017 au sujet de deux autres hommes, Ahmed Murrath et Mohammed Nabeel. Les Maldives se sont engagées de manière contraignante à coopérer avec le Comité des droits de l’homme.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Libérez Nasrin Sotoudeh immédiatement

Signez notre pétition pour demander la libération immédiate et l’annulation de la condamnation de Nasrin Sotoudeh.