Écrire Trois hommes baha’is en détention arbitraire

Trois membres de la communauté baha’i sont détenus de façon arbitraire depuis le 10 août. L’un d’eux a été détenu au secret pendant six semaines. Ils sont tous les trois maintenus en détention sans inculpation. Ils sont des prisonniers d’opinion.

Keyvan Qadari, 43 ans, et ses frères Nadim al Sakkaf, 43 ans, et Nader al Sakkaf, 37 ans, sont détenus sans inculpation depuis le 10 août. Keyvan Qadari a été détenu au secret à l’Agence de sécurité nationale (NSB), un service de renseignements, pendant les six premières semaines, avant d’être autorisé à passer le premier et unique appel téléphonique à sa famille le 23 septembre. Depuis, il n’a plus été autorisé à contacter sa famille ou son avocat, et est de ce fait exposé au risque d’être torturé ou soumis à d’autres mauvais traitements. Des agents du NSB ont menacé Keyvan Qadari et sa famille d’être expulsés vers l’Iran. Nadim al Sakkaf et Nader al Sakkaf ont été autorisés à appeler leur famille pour la première fois le 5 septembre et le 18 octobre respectivement, et ils ont tous les deux été autorisés à recevoir une visite de leur famille le 30 octobre. Amnesty International estime que ces trois hommes ont été arrêtés et placés en détention uniquement en raison de leurs convictions religieuses ou de leurs activités pacifiques menées au nom de la communauté baha’i, qui est une minorité religieuse.

Keyvan Qadari a été arrêté en même temps que 64 autres personnes le 10 août par des agents armés et cagoulés du NSB, lors d’un atelier baha’i pour les jeunes à Sanaa, la capitale du Yémen. Le même jour, Nadim al Sakkaf et Nader al Sakkaf ont été convoqués au NSB puis ils ont également été arrêtés et placés en détention.
Nader al Sakkaf a fait savoir à sa famille le 18 octobre, par téléphone, que lui et son frère avaient été transférés du NSB au Bureau de la sécurité politique (PSO), à Sanaa, où ils sont actuellement détenus. Lors d’une visite de sa famille le 30 octobre, Nader al Sakkaf a confirmé que Keyvan Qadari avait lui aussi été transféré au PSO, où ils partagent maintenant une cellule.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.