Écrire Trois militants laotiens détenus au secret

Trois militants des droits humains laotiens ont été arrêtés les 5 et 22 mars dans des circonstances pouvant s’apparenter à des disparitions forcées. Ils sont détenus au secret depuis leur apparition à la télévision nationale le 25 mai dans un reportage qui a confirmé qu’ils avaient été arrêtés pour avoir menacé la sécurité nationale en raison de publications sur les réseaux sociaux.

Soukan Chaithad (32 ans), Lodkham Thammavong (30 ans) et Somphone Phimmasone (29 ans) sont des ressortissants laotiens qui ont travaillé en Thaïlande jusqu’en février 2016, lorsqu’ils sont rentrés au Laos afin de se procurer les documents qui leur permettraient de continuer à travailler en Thaïlande. Ils avaient tous les trois participé à une manifestation pacifique réunissant environ 30 personnes devant l’ambassade du Laos à Bangkok le 2 décembre 2015, le jour de la fête nationale du Laos. Ils avaient également publié sur Facebook plusieurs messages critiquant le gouvernement laotien en raison de la corruption, de la déforestation et des violations des droits humains dans lesquelles il serait impliqué.

Lodkham Thammavong et Somphone Phimmasone (qui sont en couple) ont été arrêtés chez eux, dans le village de Ban Vang Tay (district de Nongbok, province de Khammouane) le 5 mars. Soukan Chaithad a été arrêté le 22 mars, vraisemblablement au bureau du ministère de la Sécurité publique de la ville de Savannakhet (ouest du Laos), où il s’était rendu pour renouveler son passeport. Ces arrestations peuvent s’apparenter à des disparitions forcées, car on ignore où ces trois personnes sont détenues depuis leur arrestation.

Le 25 mai, ces trois militants sont apparus à la télévision nationale dans un reportage confirmant qu’ils avaient été arrêtés en raison de la menace qu’ils étaient supposés représenter pour la sécurité nationale à cause de publications sur les réseaux sociaux. Ils portaient des uniformes de prisonniers et étaient assis en face de policiers en uniformes et d’hommes en civil. Dans ce reportage, Soukan Chaithad a déclaré qu’il allait « changer d’attitude et arrêter toutes [ses] activités qui représentent une trahison envers la nation ». Il a ajouté qu’il avait procédé à ces aveux sans avoir subi de pressions de la part des autorités.

Ces trois personnes sont toujours détenues au secret. On ignore de quelles infractions elles sont accusées, si elles font l’objet de poursuites pénales et où elles sont détenues.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.