Écrire Trois professionnels des médias détenus et inculpés

Trois journalistes ont été placés en détention et risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement pour avoir simplement mené leurs activités pacifiques dans le nord de l’État chan, au Myanmar, où un conflit fait rage. Ces hommes sont des prisonniers d’opinion et doivent être libérés immédiatement et sans condition.

Le 28 juin 2017, Lawi Weng, journaliste expérimenté de 39 ans travaillant pour le journal The Irrawaddy et connu sous le nom de Thein Zaw, et Aye Nai, 53 ans, et Pyae Phone Aung, 24 ans, tous deux journalistes pour la société de radiotélévision Democratic Voice of Burma (DVB), ont été inculpés au titre de l’article 17(1) de la Loi de 1908 relative aux associations illégales, pour avoir été en contact avec l’Armée de libération nationale ta’ang (TNLA), un groupe ethnique armé actif dans le nord du Myanmar. S’ils sont déclarés coupables, ils risquent jusqu’à trois ans d’emprisonnement.

Les trois hommes ont été arrêtés le 26 juin avec quatre autres personnes à un poste de contrôle militaire dans le village de Payargyi, dans la municipalité de Namhsann (nord de l’État chan). Ils étaient dans la région contrôlée par la TNLA pour rendre compte d’une cérémonie au cours de laquelle des stupéfiants ont été brûlés à l’occasion de la Journée Internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogues.

Amnesty International ignore l’identité des quatre autres personnes, mais d’après les médias locaux, l’un d’eux, un chauffeur, a été libéré sans inculpation.

On ignorait où les journalistes se trouvaient pendant presque trois jours, jusqu’à ce qu’ils soient transférés à la prison de Hsipaw, dans le nord de l’État chan, où ils sont actuellement détenus. Il existe des inquiétudes quant à la santé de ces journalistes : Lawi Weng doit prendre un traitement médical régulier pour des problèmes cardiaques et a déjà dû être traité pour des problèmes rénaux, et Aye Nai a également des problèmes de santé.
Leur prochaine audience est prévue pour le 11 juillet 2017 devant le tribunal du district de Hsipaw.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

LE COQ WALLON A DU PLOMB DANS L’AILE

Les milliers d’armes qui sont vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition