Écrire Un ancien prisonnier d’opinion détenu à nouveau

Le militant Htin Kyaw est à nouveau détenu alors qu’il n’a fait qu’exercer pacifiquement ses droits fondamentaux. Il a été arrêté en octobre 2016 pour avoir formulé des critiques à l’égard du système judiciaire du Myanmar. Sa prochaine audience est fixée au 5 avril 2017 et, s’il est déclaré coupable, il encourt jusqu’à deux ans d’emprisonnement. Il doit être libéré immédiatement et toutes les charges liées à l’exercice pacifique de son droit à la liberté d’expression doivent être abandonnées.

Htin Kyaw, dirigeant du Mouvement pour la force actuelle de la démocratie, une organisation locale, est poursuivi pour avoir critiqué le système judiciaire du Myanmar. Dans une déclaration qu’il a faite devant un tribunal à Yangon (ex-Rangoon) le 21 octobre, il s’est plaint que les tribunaux, alors les gens ordinaires étaient souvent poursuivis, n’acceptaient jamais de poursuivre des hauts gradés de l’armée accusés d’avoir commis des infractions. Ses propos, dans lesquels il qualifiait les généraux de l’armée de « fils de pute », ont été enregistrés dans une vidéo largement partagée en ligne.

Htin Kyaw a été arrêté le 26 octobre 2016, cinq jours plus tard, au bureau du Mouvement pour la force actuelle de la démocratie à Yangon. Il a été inculpé d’avoir « fait une déclaration dans l’intention d’amener, ou qui est susceptible d’amener, un agent, un soldat (...) dans l’armée (...) à se révolter, à négliger son devoir ou à manquer à son devoir » en vertu de l’article 505(a) du Code pénal. Sa prochaine audience aura lieu le 5 avril 2017 devant le tribunal de la municipalité d’Okkalapa Nord, à Yangon. S’il est déclaré coupable, Htin Kyaw encourt jusqu’à deux ans d’emprisonnement. Il se trouve actuellement dans la prison d’Insein, à Yangon, où il est incarcéré depuis son arrestation.

Htin Kyaw a fait ce commentaire à propos du système judiciaire pendant qu’il assistait à une audience devant le tribunal de la municipalité d’Okkalapa Nord, où il doit répondre d’accusations dans une affaire distincte. Dans cette affaire, il est accusé de « méfait occasionnant un préjudice » en vertu de l’article 427 du Code pénal et d’« intrusion » en vertu de l’article 447. Les accusations portent sur une manifestation de 2014 contre la privatisation d’un champ de football municipal, au cours de laquelle Htin Kyaw avait retiré des clôtures métalliques qui entouraient un champ. Ce procès suit son cours.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.