Écrire Un artiste de cirque maintenu en détention administrative

La Haute Cour d’Israël a accepté de réexaminer l’affaire de Mohammad Faisal Abu Sakha. Toutefois, lors de l’audience du 5 décembre, son avocat a décidé de retirer la requête, les juges ayant indiqué que les « preuves » contenues dans un dossier secret étaient suffisantes à leur avis pour justifier sa détention. Sa période actuelle de détention administrative prendra fin le 12 décembre.

L’artiste de crique palestinien Mohammad Faisal Abu Sakha, 24 ans, originaire de Jénine en Cisjordanie occupée, est détenu par les autorités israéliennes sans inculpation ni jugement depuis près d’un an. Les forces israéliennes l’ont interpellé le 14 décembre 2015 au poste de contrôle de Zaatara. Il s’est vu signifier son placement en détention administrative pour une durée de six mois le 25 décembre, et sa détention a été prolongée de six mois supplémentaires le 13 juin 2016.

Un tribunal militaire ayant rejeté un précédent recours, son équipe d’avocats a décidé de déposer une requête auprès de la Haute Cour de justice israélienne afin de réexaminer l’affaire. La Haute Cour a fait droit à cette requête et une audience a eu lieu le 5 décembre devant la Cour suprême, siégeant en tant que Haute Cour de justice à Jérusalem. Cependant, l’avocat de Mohammad Faisal Abu Sakha a décidé de retirer la requête après que les juges ont examiné un dossier de « preuves » secrètes fourni par l’Agence israélienne de sécurité (AIS). Mohammad Faisal Abu Sakha et son avocat n’ont pas pu examiner ces éléments et n’ont donc pas pu préparer sa défense, en violation d’un principe central de l’équité des procès. Les juges ont indiqué à l’avocat de Mohammad Faisal Abu Sakha qu’ils considéraient que les éléments contenus dans le dossier étaient suffisants pour justifier l’affirmation de l’AIS selon laquelle son client représentait « une menace pour la sécurité de l’État d’Israël ». Pourtant, aucun élément nouveau n’est apparu dans le dossier depuis décembre 2015. Lorsqu’il est devenu clair que la cour ne s’opposerait pas à l’AIS, l’avocat a décidé de ne pas poursuivre l’audience.

Mohammad Faisal Abu Sakha est toujours détenu dans la prison de Ketziot, dans la région du Naqab/Néguev, dans le sud d’Israël, et sa période actuelle de détention administrative se termine le 12 décembre. Un tribunal militaire décidera de prolonger sa détention ou de le libérer. Amnesty International craint que les autorités israéliennes – comme c’est le cas dans de nombreuses affaires de ce type – ne se servent de la détention administrative pour sanctionner Mohammad Faisal Abu Sakha sans engager de poursuites à son encontre, ce qui constituerait une détention arbitraire.

Action terminée