Écrire Un avocat arrêté pour « subversion »

Jiang Tianyong, avocat spécialisé dans les droits humains, détenu sous le régime de la « résidence surveillée dans un lieu désigné » depuis plus de six mois, a été officiellement arrêté pour « subversion de l’État ». Détenu au secret, il n’est pas autorisé à consulter un avocat et risque de subir des actes de torture ou d’autres mauvais traitements.

Jiang Tianyong a été officiellement arrêté pour « subversion de l’État », selon un avis, reçu par son père, émanant du bureau de la Sécurité publique de la ville de Changsha. Son père, qui vit dans la ville natale de Jiang Tianyong, Xinyang (province du Henan), n’a reçu cet avis (daté du 31 mai 2017) que le 5 juin 2017, au bureau de poste local. Juste après son retour à la maison, la police l’a emmené au poste, lui a interdit de révéler des informations sur l’arrestation officielle de Jiang Tianyong au monde extérieur, puis l’a libéré le jour même. La peine maximale prévue pour l’infraction de « subversion de l’État » est la réclusion à perpétuité. Jiang Tianyong se trouve actuellement dans le Centre de détention n°1 de la ville de Changsha.

Les avocats de Jiang Tianyong, Qin Chenshou et Chen Jinxue, ont demandé à rencontrer son client pour la neuvième fois depuis que celui-ci a été placé en détention. Jusqu’ici, le bureau de la Sécurité publique de la ville de Changsha a rejeté toutes ses demandes, invoquant un risque d’« entrave à l’enquête » et de « mise en danger de la Sécurité nationale ». À ce jour, Jiang Tianyong n’a toujours pas pu consulter un avocat. Jiang Tianyong a été accusé d’« incitation à la subversion de l’État » lorsqu’il a été placé en « résidence surveillée dans un lieu désigné », en décembre 2016.

Jiang Tianyong est un célèbre avocat spécialisé dans les droits humains. En 2009, ses activités militantes lui ont valu d’être radié du barreau. Par la suite, il a continué à défendre les droits humains, bien qu’il ait été soumis à un harcèlement continuel, placé en détention, et passé à tabac à plusieurs reprises.

Jiang Tianyong, dont on est sans nouvelles depuis le 21 novembre 2016, a été placé en « résidence surveillée dans un lieu désigné » parce qu’il était soupçonné d’« incitation à la subversion de l’État », selon un avis, reçu par son beau-père le 23 décembre 2016, émanant du bureau de la Sécurité publique de la ville de Changsha.

Jiang Tianyong, avocat, a disparu le 21 novembre 2016 alors qu’il rentrait à Pékin après avoir rendu visite à l’épouse de Xie Yang. Il s’était rendu avec elle et trois autres avocats au centre de détention n° 2 de la ville de Changsha pour tenter d’obtenir un entretien avec Xie Yang. Les médias de la Chine continentale ont publié des interviews et l’enregistrement vidéo d’« aveux » de Jiang Tianyong en février 2017, affirmant que c’était lui qui avait fabriqué de toutes pièces les récits de torture de Xie Yang, et qualifiant de « fausses nouvelles » les informations publiées par des médias étrangers au sujet de ces actes de torture.

À la suite de la vague de répression sans précédent lancée par le gouvernement contre les avocats spécialistes des droits humains et d’autres militants, quelque 250 avocats et militants ont été interrogés ou placés en détention par des agents chargés de la sûreté de l’État depuis le 9 juillet 2015. Des descentes ont également été effectuées dans les bureaux et au domicile d’un grand nombre de ces personnes, et certains de leurs proches ont aussi fait l’objet d’une surveillance policière, ont subi des actes de harcèlement et ont vu leur droit de circuler librement soumis à des restrictions.

Jiang Tianyong est intervenu dans plusieurs affaires très médiatisées et a soutenu d’autres défenseurs des droits humains, y compris l’avocat spécialiste des droits humains Gao Zhisheng, qui a été emprisonné et constamment harcelé en raison de ses activités en faveur des droits humains, et le militant juridique aveugle Chen Guangcheng, qui a dénoncé des pratiques d’avortement forcé imposé à des villageoises par les autorités de Dongshigu, à Linyi (Shandong).

Avant sa détention actuelle, Jiang Tiangyong a été détenu pour la dernière fois en mars 2014, après être allé enquêter avec trois autres avocats dans une « prison noire » – lieu de détention officieux – de Jiansanjiang (Heilongjiang), où se trouvaient, semble-t-il, des adeptes du Fa Lun Gong. Battu en détention, il a eu huit côtes fracturées.

En mai 2012, il avait déjà été placé en détention par des agents de la Sécurité publique alors qu’il s’apprêtait à rendre visite à Chen Guangcheng à l’hôpital de Chaoyang (district de Haidian, Pékin). Détenu pendant neuf heures, il avait été passé à tabac si violemment qu’il avait eu le tympan gauche perforé et une baisse d’audition temporaire à l’oreille droite.

J'agis

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en chinois, en anglais ou dans votre propre langue :

 appelez les autorités à libérer Jiang Tianyong immédiatement, car il a été inculpé alors qu’il n’a fait qu’exercer pacifiquement ses droits fondamentaux

 priez-les instamment de veiller à ce que Jiang Tianyong soit protégé contre la torture et toute autre forme de mauvais traitements en détention et à ce qu’il puisse prendre contact avec sa famille, consulter l’avocat de son choix et bénéficier de soins médicaux adéquats.


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées