Écrire Un avocat chinois détenu pour avoir défendu sa cliente

Ren Quanniu, l’avocat de l’assistante juridique Zhao Wei, a été officiellement placé en détention le 9 juillet, soupçonné d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public » après avoir exprimé ses inquiétudes quant à sa cliente et avoir demandé qu’une enquête soit ouverte sur les conditions de sa détention. Cet homme risque d’être victime de torture et d’autres mauvais traitements.

Ren Quanniu, l’avocat qui a défendu Zhao Wei, a été officiellement placé en détention le 9 juillet, soupçonné d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public ». Cette accusation fourre-tout est souvent utilisée pour arrêter des militants en Chine. D’après une publication du 7 juillet sur le compte de réseaux sociaux officiel du bureau de la Sécurité publique de Tianjin, Zhao Wei, l’assistante juridique de l’avocat Li Heping (également en détention), a été libérée sous caution. Le bureau de la Sécurité publique de Zhengzhou a annoncé le 8 juillet sur son compte Weibo officiel que Ren Quanniu avait été appréhendé, puis le 9 juillet, qu’il avait avoué avoir répandu de fausses rumeurs selon lesquelles Zhao Wei avait été victime de harcèlement sexuel pendant sa détention. Ren Quanniu a rencontré ses avocats au centre de détention n° 3 de la ville de Zhengzhou le 11 juillet. D’après eux, il garde le moral et a nié avoir avoué l’infraction présumée. Il a continué de clamer son innocence et a affirmé que toutes les actions qu’il a entreprises dans le cadre de ses fonctions professionnelles en tant qu’avocat de Zhao Wei étaient parfaitement légales.
La femme de Ren Quanniu, Hu Youling, a été emmenée par des policiers pour être interrogée le 13 juillet au soir et a été libérée le même jour. Zhang Zunjie, l’un des avocats de Ren Quanniu, a indiqué que son employeur lui a demandé d’abandonner cette affaire. Chang Boyang, un autre des avocats de Ren Quanniu, a indiqué que deux policiers l’ont interpelé le matin du 14 juillet, alors qu’il quittait son immeuble et ont exigé qu’il se présente aux autorités et qu’il s’entretienne avec elles au téléphone tous les jours.
La détention de Ren Quanniu est liée à des informations largement discutées sur les réseaux sociaux selon lesquelles Zhao Wei aurait été sexuellement harcelée pendant sa détention. Ren Quanniu a publié un message sur son compte Weibo le 27 mai dans lequel il exprimait ses inquiétudes quant à ces informations. Les autorités ayant refusé de le laisser rendre visite à Zhao Wei, il n’a pas pu vérifier ces informations par lui-même. Il a publié un message sur Weibo indiquant qu’il avait déposé une requête officielle auprès du parquet populaire municipal de Tianjin, demandant qu’une enquête sur la situation de sa cliente en détention soit ouverte.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse