Écrire Un avocat se voit refuser toute rencontre avec un militant détenu

Accusé d’« incitation à la subversion du pouvoir de l’État », Liu Feiyue, fondateur et directeur de Civil Rights and Livelihood Watch (www.msguancha.com), site Internet basé dans la province du Hubei, a de nouveau été empêché de rencontrer son avocat. Aucune date n’ayant encore été confirmée pour son procès, et Liu Feiyue n’ayant pas encore pu consulter son avocat, on craint qu’il ne subisse des actes de torture et des mauvais traitements.

Wen Donghai, l’avocat de Liu Feiyue, s’est rendu au centre de détention n° 3 de la ville de Suizhou le 3 janvier afin de rencontrer son client, mais les agents en charge de son dossier ont rejeté sa requête. Sans fournir de motif pour ce refus, ils ont déclaré qu’ils contacteraient l’avocat lorsqu’à leur avis il serait temps pour lui de rencontrer Liu Feiyue. Lorsqu’on lui a dit que le directeur du centre de détention n’était pas disponible pour recevoir une plainte, Wen Donghai a contacté le parquet, qui a déclaré qu’il s’agit d’une affaire spéciale et qu’il ne peut pas intervenir.

Ce même jour, le tribunal populaire intermédiaire de la ville de Suizhou a rejeté la requête de Wen Donghai qui avait demandé une copie de l’acte d’accusation visant Liu Feiyue. Deux juges qui l’ont rencontré ont indiqué qu’ils prenaient connaissance des documents juridiques et qu’ils lui fourniraient l’acte d’accusation avec d’autres documents légaux une fois la date du procès fixée. Wen Donghai, ainsi que plusieurs avocats défenseurs des droits humains en Chine, ont déclaré n’avoir jamais entendu parler auparavant de tels arrangements.

Alors que le Bureau de la Sécurité publique de la ville de Suizhou a indiqué en août 2017 qu’il détenait suffisamment de preuves pour inculper Liu Feiyue du chef supplémentaire de « divulgation de secrets d’État à une organisation à l’étranger », le parquet local a décidé de retirer cette inculpation début décembre 2017. Selon son avocat, la plupart des éléments du dossier contre son client sont liés au fait qu’il a exercé son droit à la liberté d’expression en exprimant des opinions personnelles en public et sur le site Civil Rights and Livelihood Watch.

Aucune date n’ayant encore été confirmée pour son procès, et Liu Feiyue n’ayant pas encore pu consulter son avocat, on craint qu’il ne subisse des actes de torture et des mauvais traitements.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !