Écrire Un avocat spécialiste des droits humains risque la torture

L’avocat Ren Quanniu a été arrêté le 9 juillet pour avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public » après avoir dénoncé les conditions de détention d’une de ses clientes. Il n’a pas pu consulter d’avocat jusqu’au 11 juillet. Il risque d’être victime de torture et d’autres formes de mauvais traitements.

Le 11 juillet, lors d’un entretien avec ses avocats au centre de détention n° 3 de Zhengzhou, Ren Quanniu a continué de clamer son innocence et a affirmé que toutes les actions qu’il avait entreprises en tant qu’avocat de Zhao We étaient parfaitement légales.

Le 16 juillet, Ji Huiyun, une avocate affirmant défendre Zhao Wei, a publié sur son compte Weibo la photo d’une lettre manuscrite datée du 15 juillet et prétendument signée par Ren Quanniu. Ce dernier s’excusait auprès de Zhao Wei et de la direction de la prison d’avoir diffusé sur son compte Weibo de « fausses » informations selon lesquelles Zhao Wei aurait été victime de harcèlement sexuel en détention et d’avoir déclaré que les agressions sexuelles étaient courantes dans les centres de détention.

Les amis de Ren Quanniu sont convaincus qu’il n’a eu d’autre choix que de rédiger cette lettre parce que les autorités harcelaient et tentaient d’intimider son épouse et leurs enfants depuis son arrestation. Ji Huiyun a demandé à Ren Quanniu de s’excuser une nouvelle fois, sans quoi elle le poursuivrait pour diffamation au nom de Zhao Wei en vue d’obtenir des dommages et intérêts. Bien que les autorités aient affirmé que Zhao Wei avait été libérée sous caution, son époux n’a pas pu la contacter ni vérifier ces allégations.

Wu Kuiming et Ma Lianshun, nouveaux avocats engagés par la famille de Ren Quanniu, ont indiqué le 28 juillet que, pendant 11 jours consécutifs, ils s’étaient rendus au centre de détention pour le voir. En violation du droit international comme du droit chinois, la direction a rejeté systématiquement leurs demandes au motif que les enquêteurs n’avaient pas fini d’interroger Ren Quanniu, ce qui fait craindre que cet homme ait subi des actes de torture et d’autres mauvais traitements. En outre, selon plusieurs sources, l’avocat Zhou Zhichao, directeur du cabinet juridique de Ren Quanniu, a été interrogé par la police à maintes reprises depuis le 26 juillet 2016, chaque interrogatoire durant une journée entière.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.