Écrire Un blogueur affirme être victime de mauvais traitements en détention

Lu Yuyu a dit à son avocat qu’il avait été frappé par des policiers et qu’on le privait de sommeil. Lu Yuyu et sa compagne Li Tingyu, deux blogueurs qui ont rassemblé et publié des informations sur des manifestations en Chine, sont maintenus en détention depuis le 15 juin 2016.

Le blogueur détenu Lu Yuyu a rencontré son avocat le 31 août dans le centre de détention de la préfecture autonome de Dali Bai. Il lui a dit qu’il avait été frappé par des policiers et qu’il souffrait de privation de sommeil en raison de la forte lumière à laquelle il était exposé la nuit. L’avocat de Lu Yuyu déclare que son client a perdu du poids depuis la dernière Action urgente, publiée en juillet 2016.

Lu Yuyu a également dit à son avocat que le 29 août, des policiers qui effectuaient leur ronde avaient découvert qu’il s’était couvert les yeux pour trouver le sommeil et qu’il avait ensuite résisté lorsque ces policiers l’avaient empêché de continuer à se couvrir les yeux. Le jour suivant, après lui avoir dit qu’il ne se mettait pas debout correctement lorsqu’on le lui demandait, deux policiers l’ont saisi par les bras et le cou, l’empêchant ainsi de respirer normalement. Sa tête a été cognée contre un mur dans la mêlée, ce qui a entraîné un gonflement et une ecchymose. Ses demandes pour voir un médecin et un avocat ont été refusées. Il a ensuite entamé une grève de la faim jusqu’à ce qu’on l’autorise à voir son avocat le 31 août.

Lorsque l’avocate de Li Tingyu a rendu visite à sa cliente dans le même centre de détention le 31 août, celle-ci a dit que des policiers lui avaient confisqué son journal intime en anglais et qu’ils lui avaient interdit d’écrire quoi que ce soit dans cette langue. Les policiers ont informé Li Tingyu qu’ils avaient envoyé son journal intime au bureau de la Sécurité publique pour qu’il soit traduit en chinois et que son contenu soit vérifié.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse