Écrire Un défenseur de l’environnement a été tué, d’autres sont en danger

Un membre du mouvement Ríos Vivos a été tué le 2 mai ; le même jour, ce groupe avait manifesté toute la journée contre le projet hydroélectrique d’Hidroituango, dans le département d’Antioquia, en Colombie. Les membres du mouvement craignent de nouvelles représailles.

Le 2 mai, des inconnus ont tué Hugo Albeiro George Pérez, 47 ans, membre de l’Association pour les victimes et autres personnes affectées par les mégaprojets, qui fait partie du mouvement Ríos Vivos Antioquia. Deux hommes armés à moto lui ont tiré dessus à deux reprises alors qu’il se trouvait dans un café de Puerto Valdivia, dans le nord du département d’Antioquia. Il a succombé à ses blessures. Domar Egidio Zapata George, 23 ans, le neveu de Hugo George, a également été tué lors de l’attaque.

Ces événements ont eu lieu le même jour qu’une journée de manifestation organisée par Ríos Vivos. Quelque 160 personnes s’étaient rassemblées pour exprimer leurs préoccupations face au risque d’inondations et d’avalanches près de chez elles. Selon les médias, de fortes pluies ont bouché un tunnel construit dans le cadre du projet hydroélectrique Hidroituango. Cela a provoqué une montée des eaux qui, selon le mouvement Ríos Vivos, a eu un impact sur au moins 45 familles et pourrait en affecter de nombreuses autres dans les jours à venir si l’on ne remédie pas rapidement au problème.

Hugo George s’était publiquement opposé à la construction du projet hydroélectrique Hidroituango. En 2013, après que la construction d’une route reliant ce barrage à Puerto Valdivia a entravé le quotidien de paysans et leurs activités agricoles, il a commencé à réclamer une indemnisation pour les familles touchées.

Des membres du mouvement Ríos Vivos ont déclaré à Amnesty International qu’en dépit d’une présence policière, après l’homicide de Hugo George, les autorités n’ont pas restreint l’accès à la scène du crime, et que le corps de la victime a été déplacé sans que le protocole médicolégal ne soit observé. Ils ont par ailleurs dénoncé le fait que le gouverneur et la police du département d’Antioquia ont nié, lors de déclarations publiques, qu’il était un des dirigeants de ce mouvement. Les autorités régionales ont précédemment essayé de décrédibiliser le mouvement Ríos Vivos. Le ministère de l’Intérieur, qui est responsable du Plan collectif de prévention et de protection pour les membres de Ríos Vivos, aurait été en contact avec les organisateurs, mais n’a pas pris de mesures spécifiques dans le but de mettre en œuvre le plan collectif de protection.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.