Écrire Un défenseur des droits d’un peuple autochtone arrêté pour « sédition »

Upendra Nayak, un avocat de 65 ans qui défend les droits du peuple autochtone adivasi, a été arrêté le 20 février 2018 par la police de l’État d’Odisha (est de l’Inde) en raison de ses liens présumés avec des groupes armés maoïstes, à la suite de deux affaires enregistrées par la police il y a plus de huit ans. Il est notamment accusé de « sédition » en vertu du Code pénal indien et de plusieurs sections de la Loi de prévention des activités illégales, un texte draconien axé sur la lutte contre le terrorisme. S’il est déclaré coupable, il risque la réclusion à perpétuité.
Upendra Nayak a été arrêté le 20 février 2018 à Gajapati, dans l’État d’Odisha (est de l’Inde). Il est accusé notamment de « guerre contre l’État », conspiration et « acte terroriste ». Ces charges sont liées à des plaintes déposées en 2009 et 2010 contre plusieurs personnes, dont certaines étaient représentées par Upendra Nayak et ont été relaxées. Le 21 février, un tribunal local a ordonné le placement en détention d’Upendra Nayak dans une prison de Gajapati. Sa demande de libération sous caution a été rejetée le 23 février. S’il est déclaré coupable, il pourrait être condamné à la réclusion à perpétuité.
La police de l’État d’Odisha accuse Upendra Nayak d’avoir fourni un appui logistique à des groupes armés maoïstes de 2009 à 2010. Pendant cette période, plusieurs Adivasis ont été arrêtés en raison de leur soutien présumé aux Maoïstes et Upendra Nayak les a défendus dans au moins 10 affaires, qui se sont souvent soldées par la relaxe.
Un porte-parole de Ganatantrik Adhikar Surakhya Sangathan (GASS), une organisation locale de l’Odisha qui conteste les accusations controuvées proférées par la police contre des Adivasis dans cet État, a indiqué à Amnesty International Inde qu’Upendra Nayak avait été arrêté parce qu’il avait représenté des Adivasis en justice et que l’État avait forgé des charges de toutes pièces contre ce défenseur. GASS a déposé une demande de libération sous caution concernant Upendra Nayak auprès du tribunal du district de Gajapati. Amnesty International ne dispose pas d’informations précises concernant la date de son procès.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : signez pour libérer une jeune étudiante belge

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !