Écrire Un défenseur des droits humains arrêté, on ignore ce qu’il est devenu

Le défenseur des droits humains Saeed Baloch a été arrêté à Karachi le 16 janvier par des membres des Rangers, force de police paramilitaire du Pakistan. À la suite de la pression nationale et internationale, il a été présenté devant un juge le 26 janvier. Les Rangers ont prétendu qu’il n’avait été arrêté que le 25 janvier. Il a été placé en détention préventive pour trois mois en vertu de la Loi antiterroriste.

Saeed Baloch est défenseur des droits humains et secrétaire général du Pakistan Fisherfolk Forum, une ONG protégeant les droits des pêcheurs et de leurs communautés au Pakistan. Le 16 janvier vers 16 heures, on lui a demandé d’aller retrouver des membres des Rangers (force de police paramilitaire du Pakistan) dans un lieu situé à Karachi. Il s’y est rendu avec deux de ses collègues. Aux alentours de 20 heures, son téléphone a été éteint et lui et ses deux collègues ont disparu. Le 17 janvier, la famille de Saeed Baloch a adressé une lettre au Comité de liaison entre la police et les citoyens (CPLC) pour lui demander d’indiquer la situation des personnes détenues et leur lieu de détention, mais elle n’a reçu aucune réponse. Les 18 et 19 janvier, elle a lu dans les journaux que Saeed Baloch avait été arrêté par des membres des Rangers et accusé d’avoir fourni un appui financier à des personnes impliquées dans le crime organisé et à l’Armée de libération du Baloutchistan, un groupe armé réclamant un territoire séparé pour les Baloutches. Ses proches, ses collègues et les défenseurs des droits humains affirment que Saeed Baloch n’a aucune relation de ce type et que ces allégations sont fausses. Ils ont formé un recours portant sur sa détention illégale auprès de la haute cour du Sind.

Le 26 janvier, à la suite d’une forte pression d’organisations de la société civile et de défense des droits humains, Saeed Baloch et ses deux collègues ont été présentés devant le juge administratif d’un tribunal antiterroriste à Karachi par les membres des Rangers. D’après un article de presse, le tribunal a été informé que les trois hommes étaient placés en détention préventive pour trois mois aux fins d’une enquête, en vertu de la Section 11-EEEE de la Loi antiterroriste (modifiée) de 2014. Cette mesure permet de maintenir des personnes en détention jusqu’à trois mois sans qu’elles soient inculpées de la moindre infraction.

Selon le même article de presse, le porte-parole des Rangers a déclaré que Saeed Baloch avait été arrêté le 25 janvier au poste de police de Kalri, à Karachi, malgré des informations parues précédemment qui confirmaient son arrestation le 16 janvier.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse