Écrire Un défenseur des droits humains en détention en Tchetchénie

Le 9 janvier 2018, la police a arbitrairement arrêté le défenseur des droits humains tchétchène Oyoub Titiev. Il a été détenu au secret pendant plusieurs heures et est toujours en garde à vue pour des accusations de détention de stupéfiants forgées de toutes pièces. S’il est jugé et déclaré coupable, il risque jusqu’à 10 ans d’emprisonnement. Cet homme est un prisonnier d’opinion et doit donc être libéré immédiatement et sans condition.

Le 9 janvier 2018 dans la matinée, des agents de la police de la circulation ont arrêté et fouillé la voiture d’Oyoub Titiev, le directeur de la branche de Grozny, en Tchétchénie, de l’ONG Memorial. Un ami d’Oyoub Titiev, qu’il avait prévu de retrouver avant le travail, a été témoin de la scène. Cet ami a ensuite vu la voiture d’Oyoub Titiev garée dans la cour du poste de police de Kourtchaloï, et un policier lui a confirmé officieusement que le défenseur des droits humains y était détenu. Le téléphone portable d’Oyoub Titiev est toujours allumé mais il ne décroche pas lorsqu’on l’appelle.

L’avocat d’Oyoub Titiev s’est rendu au poste de police le matin même, mais la police a refusé de le laisser entrer et a nié détenir son client. La police n’a pas informé les proches d’Oyoub Titiev de son arrestation, ne l’a pas autorisé à contacter son avocat et l’a maintenu en détention au secret pendant plusieurs heures, enfreignant ainsi la loi. Ce n’est qu’après l’intervention de la médiatrice des droits humains de la Fédération de Russie et du président du Conseil présidentiel pour les droits de l’homme, à la demande des collègues d’Oyoub Titiev, que le ministre tchétchène de l’Intérieur a confirmé qu’Oyoub Titiev avait été arrêté lorsqu’« environ 180 grammes d’une substance avec une odeur de cannabis » ont été découverts lors d’une fouille de son véhicule. Oyoub Titiev est accusé de détention illégale de stupéfiants au titre de l’article 228 du Code pénal russe. S’il est déclaré coupable, il risque 10 ans d’emprisonnement.

L’avocat d’Oyoub Titiev n’a pu s’entretenir avec lui que vers 19 heures. Oyoub Titiev a nié ces accusations. L’audience pour déterminer s’il doit être placé en détention provisoire est prévue pour le 11 janvier. Amnesty International pense que les éléments de preuve contre Oyoub Titiev ont été forgés de toutes pièces et que la police l’a arrêté en vue de le réduire au silence et d’entraver son travail. Oyoub Titiev est un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour ses activités pacifiques de défense des droits humains, et il doit être libéré immédiatement et sans condition.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !