Écrire Un défenseur des droits humains en prison depuis un an

Le défenseur des droits humains et prisonnier d’opinion Germain Rukuki a été arrêté il y a un an, le 13 juillet 2017. Il a été condamné à 32 ans de réclusion le 26 avril 2018. En juin, il a été hospitalisé et opéré car il s’était blessé en prison. Il a été renvoyé en prison alors qu’il a besoin de soins continus.
Le 26 avril 2018, Germain Rukuki, président de l’organisation locale Njubutsa Tujane et employé de l’Association des juristes catholiques du Burundi (AJCB), a été condamné à 32 ans de réclusion par le tribunal de grande instance de Ntahangwa. Il avait été arrêté le 13 juillet 2017 dans la capitale, Bujumbura. Il a été déclaré coupable de « rébellion », d’« atteinte à la sûreté de l’État », d’« atteinte à l’autorité de l’État » et de « participation à un mouvement insurrectionnel ». En revanche, il a été relaxé des chefs d’« assassinat » et de « destruction de bâtiments publics et privés ». Ni son avocat ni lui n’étaient présents lorsque le jugement a été prononcé. Il a interjeté appel le 29 mai et la justice n’a pas encore statué sur ce recours.
Le 8 juin, Germain Rukuki s’est fracturé la cheville, avant de se blesser à l’épaule droite et à la jambe droite. Il a subi une opération chirurgicale à l’hôpital de Ngozi, dans le nord du Burundi, le 11 juin. Le 18 juin, il a été autorisé à sortir de l’hôpital et renvoyé en prison, alors qu’il ne pouvait pas marcher seul et avait toujours le pied bandé. Le 26 juin, il a demandé à être libéré sous caution afin de poursuivre les soins et la rééducation à l’hôpital.
Amnesty International est convaincue que Germain Rukuki a été poursuivi uniquement parce qu’il défend les droits humains et le considère comme un prisonnier d’opinion.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !