Écrire Un défenseur des droits indigènes libéré de prison

Ildefonso Zamora, un prisonnier d’opinion mexicain, a été libéré le 12 août, après avoir passé presque neuf mois en prison. Le juge chargé de l’affaire a appliqué la décision d’un juge fédéral ayant ordonné la libération d’Ildefonso Zamora, faute de preuves étayant son implication présumée dans un cambriolage.

Le 12 août, Ildefonso Zamora, un défenseur des droits indigènes qui fait campagne pour protéger la forêt sur les terres ancestrales de sa communauté, a été libéré de la prison où il était détenu dans l’État de Mexico. Amnesty International le considérait comme un prisonnier d’opinion.

Ildefonso Zamora avait été arrêté le 20 novembre 2015, accusé d’avoir cambriolé une maison de sa propre communauté, la communauté indigène de Tlahuica à San Juan Atzingo, à 80 kilomètres au sud-ouest de la ville de Mexico. Les procureurs de l’État de Mexico avaient engagé des poursuites contre lui pour ce cambriolage en 2012. Le 11 août 2016, un juge fédéral a statué que les garanties d’un procès équitable n’avaient pas été respectées dans le cadre de cette affaire et a ordonné au juge local de libérer Ildefonso Zamora. La famille d’Ildefonso Zamora, Greenpeace Mexique, le Centre de défense des droits humains Miguel Agustín Pro Juárez et Amnesty International avaient milité en faveur de sa libération.

« Je suis extrêmement ému et heureux d’être de retour auprès de ma famille, avec les miens, après presque neuf mois d’emprisonnement injuste », a déclaré Ildefonso Zamora à Amnesty International après une conférence de presse dans la ville de Mexico organisée à la suite de sa libération. « Le pire "crime" que j’ai commis est d’avoir réussi à faire reconnaître les terres communales de San Juan Atzingo et d’avoir obtenu un titre de propriété [...] ainsi que de m’être opposé à l’exploitation forestière excessive qui détruit nos forêts. Nous avons compromis des intérêts personnels, économiques et politiques avec notre lutte » a-t-il continué.

Ildefonso Zamora a également remercié l’organisation d’avoir milité en sa faveur et a déclaré : « Merci, sincèrement, à toutes les personnes d’Amnesty International dans le monde. Je n’ai pas de mot pour vous dire combien je vous remercie infiniment. J’espère que Dieu continuera de vous donner de si généreux cœurs, de si grands cœurs, pour que vous puissiez continuer de défendre les personnes qui souffrent, comme j’ai moi-même souffert, et qui sont emprisonnées, comme j’ai moi-même été emprisonné. »

J'agis

Aucune action complémentaire n’est requise de la part des membres du Réseau Actions urgentes pour l’instant. Un grand merci à toutes les personnes qui se sont mobilisées pour cet homme.


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse