Écrire Un dessinateur placé en détention provisoire

Le dessinateur et militant équato-guinéen Ramón Esono Ebalé a été inculpé de fabrication de fausse monnaie et placé en détention provisoire, après avoir été détenu sans inculpation pendant près de trois mois.

Ramón Esono Ebalé, un dessinateur et militant de Guinée équatoriale qui a été arrêté le 16 septembre à Malabo, a été inculpé de fabrication de fausse monnaie par un tribunal de cette ville.

Le 7 décembre, Ramón Esono Ebalé a été présenté devant un juge contre toute attente, alors que l’année judiciaire avait officiellement pris fin le 30 novembre. Aucun de ses avocats n’avait été prévenu de l’audience. Cependant, son père a réussi à contacter l’un d’entre eux, qui par chance était disponible pour l’assister au tribunal. Le juge lui a lu un acte d’inculpation daté du 27 novembre.

Ce document accuse Ramón Esono Ebalé de fabrication de fausse monnaie et ordonne sa détention provisoire assortie d’une caution de 20 millions de francs CFA (35 000 dollars américains). Il est autorisé à recevoir des visites de ses proches et de ses avocats.

Samedi 2 décembre, l’un des avocats avait dénoncé publiquement la situation de son client à la radio et accusé le juge de déni de justice. Selon lui, la nature soudaine de l’audience de mise en accusation pourrait être une réaction à cette interview.

L’inculpation de Ramón Esono Ebalé n’a été rendue publique que sept jours après la fin de l’année judiciaire, ce qui signifie que lui et ses avocats ne peuvent pas former de recours en vue de sa libération avant la reprise de l’année judiciaire, le 15 janvier 2018.

Tous les recours et plaidoiries présentés jusqu’à présent par la défense ont été ignorés par le juge. Les avocats de Ramón Esono Ebalé insistent sur l’importance d’un procès équitable pour leur client. Ils restent convaincus que sa détention et les poursuites engagées contre lui ont un lien avec son travail artistique, au travers duquel il dénonce la situation des droits humains dans son pays.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.