Écrire Un détenu a disparu

On ignore depuis le 2 mars à l’aube ce qu’il est advenu de Gilber Caro, qui est emprisonné au Venezuela pour des raisons politiques. Gilber Caro est détenu arbitrairement depuis le 11 janvier 2017. Bien que cet homme soit un civil et un député, il fait l’objet d’un procès illégal devant un tribunal militaire.

Gilber Caro, député du parti d’opposition Volonté Populaire, est détenu arbitrairement au Centre de formation pour l’homme nouveau « El Libertador », dans l’État de Carabobo (centre du Venezuela), depuis mai 2017. On ignore tout de son sort et de l’endroit où il se trouve depuis le 2 mars 2018, selon des informations communiquées à Amnesty International. Ses avocats et ses proches demandent de pouvoir le contacter depuis cette date, mais les autorités ont jusqu’à présent ignoré leurs demandes. Ses proches l’ont vu pour la dernière fois le 21 février pendant les heures de visite du centre de détention.

Le 2 mars, les avocats de Gilber Caro ont reçu des informations non confirmées selon lesquelles les autorités l’avaient transféré dans un autre établissement. Selon des informations émanant des médias, les autorités l’auraient transféré à l’établissement pénitentiaire connu sous le nom de Communauté pénitentiaire Fénix-Lara, dans l’État de Lara (ouest du Venezuela). Le 4 mars, un journaliste a publié sur les réseaux sociaux une vidéo, dont l’authenticité n’a pas été confirmée, dans laquelle Gilber Caro apparaissait et indiquait la date de ce même jour.

Les autorités vénézuéliennes n’ont pas confirmé le transfert de Gilber Caro à ses avocats et ses proches et ne leur ont pas non plus indiqué où il se trouvait et s’il allait bien.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !