Écrire Un employé d’une ONG taïwanaise va être jugé pour subversion

Lee Ming-cheh, le premier employé étranger d’une organisation non gouvernementale (ONG) détenu à la suite de l’entrée en vigueur de la Loi relative à la gestion des ONG étrangères, va être jugé pour subversion par un tribunal de la ville de Yueyang, dans la province du Hunan. Aucune date n’a encore été annoncée pour le procès. On ne sait pas où se trouve Lee Ming-cheh.

Lee Ming-cheh, accusé de « subversion du pouvoir de l’État », va être jugé devant le tribunal populaire intermédiaire de la ville de Yueyang, d’après une annonce faite par le porte-parole du bureau du Conseil des affaires d’État chargé de Taïwan le 6 septembre 2017. Il a ajouté que Lee Ming-cheh aurait engagé deux avocats pour assurer sa défense, et que l’un d’entre eux avait déjà informé sa famille des dispositions à prendre pour assister au procès. Alors qu’il n’y a eu aucune annonce officielle de la date à laquelle le procès aura lieu, des images d’une notification du tribunal ont circulé sur internet le 7 septembre. Elle indiquait qu’il pourrait avoir lieu dès le 11 septembre.

La femme de Lee Ming-cheh, Lee Ching-yu, a tenu une conférence de presse à Taipei le 6 septembre 2017, lors de laquelle elle a déclaré qu’elle avait reçu un appel d’un avocat du continent qui affirmait avoir été engagé par Lee Ming-cheh. Il l’a informée que le procès aurait lieu bientôt et lui a demandé de se préparer à venir en Chine. Lee Ching-yu lui a répondu qu’elle ferait une demande de visa et qu’elle demanderait à ses conseillers juridiques de l’accompagner.

Lee Ching-yu a plus tard déclaré qu’elle n’acceptait aucune confession que Lee Ming-cheh aurait pu faire, et qu’elle ne reconnaitrait pas la légitimité des avocats qu’il aurait engagés tant qu’elle n’aurait pas vu son mari. On ne sait pas si Lee Ming-cheh a lui-même engagé les avocats, puisqu’il est toujours en détention au secret et que sa famille n’a reçu aucune notification écrite. Ces dernières années, empêcher des personnes impliquées dans des affaires liées à la sécurité de l’État de consulter les avocats de leur choix est devenu une pratique courante en Chine.

Lee Ming-cheh est le directeur de Wenshan Community College, une ONG de Taipei. Il soutient des organisations de la société civile et des militants depuis de nombreuses années en Chine. Cependant, il s’y rendait pour des raisons personnelles lorsqu’il a été arrêté par la Sûreté de l’État à la frontière de Macao le 19 mars 2017.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.