Écrire UN GRAFFEUR TRANSFÉRÉ DANS UNE NOUVELLE PRISON

Danilo Maldonado Machado (dit « El Sexto »), prisonnier d’opinion et graffeur cubain, a été transféré dans un nouveau centre de détention. Il est détenu sans inculpation depuis son arrestation, le 26 novembre. Il refuse désormais la nourriture fournie dans la prison.

Le 4 décembre, Danilo Maldonado Machado (également connu sous le pseudonyme d’« El Sexto ») a été transféré dans la prison d’El Vivac, à la périphérie de La Havane, la capitale de Cuba. Sa mère a pu lui rendre visite le 5 décembre et a fait savoir à Amnesty International qu’il refusait désormais les aliments fournis par l’établissement, de crainte d’être empoisonné, mais qu’il avait consommé la nourriture qu’elle lui avait apportée.

Danilo Maldonado a été arrêté à son domicile, à La Havane, dans la matinée du 26 novembre, quelques heures après l’annonce de la mort de Fidel Castro. Le jour même, le journal 14 y medio, basé à Cuba, a indiqué que l’artiste avait écrit les mots « Il est parti » (Se fue) sur un mur à La Havane. Neuf jours après l’arrestation de Danilo Maldonado, les autorités cubaines ne l’ont toujours pas inculpé d’une infraction dûment reconnue par le droit international. Elles n’ont pas communiqué les motifs de son placement en détention à sa mère ou à son avocat, pas plus qu’une date de libération.

Le 5 décembre, la famille de Danilo Maldonado, pour préserver les droit individuels de cet homme, a introduit auprès du tribunal provincial de La Havane une requête en habeas corpus (procédure permettant la comparution immédiate d’un détenu devant une autorité judiciaire, afin de contester la légalité de la détention, et de permettre ainsi une éventuelle remise en liberté) demandant sa libération immédiate.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !