Écrire Un homme a été renvoyé au Soudan, un autre est hors de danger

Un des deux ressortissants soudanais risquant d’être illégalement expulsés vers le Soudan par la France a été libéré le 22 novembre et n’est plus en danger immédiat. L’autre homme a été renvoyé au Soudan le 2 décembre après que sa demande d’asile a été rejetée. B.A. et I.C., deux ressortissants soudanais, ont été arrêtés le 26 octobre à Calais, et se sont vu délivrer un avis d’expulsion s’appuyant sur le fait qu’ils étaient arrivés illégalement dans le pays et n’avaient pas déposé de demande d’asile en France. B.A. a fait une demande de protection internationale en France en détention, après que deux recours contre son renvoi au Soudan ont été rejetés et après avoir refusé d’embarquer à bord d’un avion à destination de Khartoum le 21 novembre. B.A. affirme venir du Kordofan du Sud, un État soudanais en proie au conflit. Sa demande d’asile a cependant été rejetée le 1er décembre et il a été renvoyé au Soudan le 2 décembre. I.C., qui est originaire du Darfour, a été relâché le 20 novembre à la suite d’une décision de la préfète du Pas-de-Calais, et il ne risque pas d’être renvoyé au Soudan dans l’immédiat. Les ressortissants soudanais venant de zones de conflit risquent d’être victimes de graves violations des droits humains s’ils sont renvoyés au Soudan, y compris à Khartoum, la capitale. Amnesty International continuera à suivre de près la politique de la France consistant à renvoyer les Soudanais vers le Soudan à l’exception du Darfour. Les autorités françaises doivent effectuer une évaluation individuelle approfondie sur les risques (...)

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.