Écrire Un homme emprisonné pour des messages en ligne

L’enseignant tunisien Abdelfattah Said a été condamné à un an de prison en raison d’une vidéo qu’il a publiée dans les réseaux sociaux. Ses avocats ont déposé un recours et attendent qu’une date soit fixée pour l’audience en appel.

Le 26 novembre 2015, le professeur de mathématiques Abdelfattah Said a été condamné à un an d’emprisonnement et une amende de 2 000 dinars tunisiens (soit environ 900 euros) pour avoir « propagé, sciemment, de fausses nouvelles, dans le but de faire croire à un attentat » au titre de l’article 306 ter du Code pénal tunisien. Des accusations de terrorisme avaient été portées contre lui mais elles ont été abandonnées. Cet homme a été acquitté du chef d’inculpation de « diffamation d’un fonctionnaire ».

Abdelfattah Said a été arrêté le 7 juillet 2015 par la police antiterroriste en raison d’une vidéo qu’il avait publiée sur sa page Facebook, dans laquelle il déclarait que l’attentat perpétré en juin à Sousse – qui a coûté la vie à 38 touristes – avait été orchestré par les forces de sécurité afin de réprimer les opposants au gouvernement et de fermer des mosquées. Cet enseignant a été accusé de « complicité de terrorisme ou incitation au terrorisme » au titre de la Loi antiterroriste de 2003, de « diffamation d’un fonctionnaire » et d’avoir « propagé, sciemment, de fausses nouvelles, dans le but de faire croire à un attentat » au titre des articles 128 et 306 ter du Code pénal. Il risquait alors une peine maximale de 19 ans d’emprisonnement.

Ses avocats ont argué qu’il n’avait fait que commenter l’attaque à Sousse et qu’il n’avait pas créé ou sciemment diffusé de « fausses nouvelles ». Ils ont déposé un recours et attendent qu’une date soit fixée pour l’audience en appel. Abdelfattah Said est détenu à la prison d’Al Mornaguia. On ignore s’il y reçoit des soins médicaux pour ses problèmes de dos.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.