Écrire UN HOMME EST DÉTENU SANS INCULPATION DEPUIS PLUS D’UN MOIS

Al Sayed Alawi Hussain al Alawi a été arrêté sur son lieu de travail le 24 octobre au Bahreïn. Il a été autorisé à appeler des membres de sa famille pour la première fois tard dans la soirée du 27 novembre, pour les informer qu’il était détenu à la Direction des enquêtes criminelles (CID). Il n’a pas pu consulter d’avocat depuis son arrestation et risque d’être victime de torture et d’autres mauvais traitements.

Al Sayed Alawi Hussain al Alawi, un homme de 43 ans travaillant pour Batelco (Bahrain Telecommunications Company, une entreprise de télécommunications), a été arrêté le 24 octobre aux alentours de 16 heures lors d’une descente effectuée par quatre hommes armés en civil, alors qu’il était en réunion avec des ingénieurs et des entrepreneurs sur un site sur lequel ils travaillaient à Muharraq, au nord-est de Manama, la capitale. La raison de son arrestation n’a pas été communiquée. Son téléphone professionnel et son ordinateur ont été saisis et il a été emmené dans un lieu inconnu. Le même jour, sa femme a signalé sa disparition au poste de police de Budaya. Le personnel du poste de police a contacté tous les centres de détention dépendant du ministère de l’Intérieur, ainsi que les hôpitaux et les ports de Bahreïn. Tous ont déclaré qu’ils ne savaient pas où se trouvait al Sayed Alawi Hussain al Alawi. Le 25 octobre, sa femme a porté plainte auprès du bureau du médiateur du ministère de l’Intérieur. On lui a répondu qu’elle serait tenue informée de tout élément nouveau. La Direction des enquêtes criminelles (CID) a tout d’abord nié plusieurs fois sa responsabilité dans la détention d’al Sayed Alawi Hussain al Alawi auprès de la famille de ce dernier. Cependant, le 3 novembre à environ 18 heures, sa femme a reçu un appel de la CID l’informant qu’il avait été transféré vers la prison de Dry Dock, à Manama. Les responsables de l’établissement ont nié la présence de l’homme dans leurs locaux et ont renvoyé sa famille vers le procureur, qui leur a répondu la même chose. Le 17 novembre, la famille d’al Sayed Alawi Hussain al Alawi a contacté l’Institution nationale des droits humains pour se renseigner sur les dernières mises à jour de l’affaire, et a appris avec surprise que d’après leur enquête, la CID leur avait déclaré qu’Al Sayed Alawi Hussain al Alawi aurait appelé sa femme et lui aurait révélé le lieu où il se trouvait.

Le 27 novembre à 23 heures 15, al Sayed Alawi Hussain al Alawi a enfin appelé sa femme et a également parlé à sa mère. Il leur a dit qu’il était détenu à la CID. Il n’a répondu à leurs questions que par oui ou non et leur a dit de prendre soin d’elles. L’appel a duré quatre minutes et il avait l’air épuisé. Toutes les demandes déposées par sa famille pour lui rendre visite et par son avocat pour être présent lors de son interrogatoire ont été refusées jusqu’à ce qu’il soit officiellement inculpé.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.