Écrire Un homme trans et sa fille sont menacés par la police

L’avocat transgenre Samantha Seijas a été menacé par un membre des forces de police d’Aragua (centre du Venezuela) alors qu’il portait plainte dans un poste de police, accompagné de sa fille. On craint pour leur sécurité.
Le 31 janvier 2017, après avoir porté plainte dans un poste de police, l’avocat transgenre Samantha Seijas et sa fille, Aleska Seijas, ont été frappés à la tête et au visage par des membres des forces de police d’Aragua, qui ont proféré des paroles dénigrantes telles que « alors, elle est passée où ta virilité ? » (¿no te la tiras de macho ?), en référence à son identité de genre. Samantha Seijas a déclaré à Amnesty International qu’en plus de les avoir frappés, un des policiers l’avait menacé ainsi : « Prie Dieu que je ne te rencontre pas seul la nuit » (pídele a Dios que no te encuentre de noche sola por la calle). Il est important de savoir que Samantha Seijas et sa fille vivent en face du poste de police.
Le lendemain de ces événements, Samantha Seijas a porté plainte devant le bureau du procureur. Il a peur qu’en raison de la proximité du poste de police, et par extension de la présence de membres des forces de police d’Aragua, ces menaces se réalisent.
À ce jour, aucune enquête n’aurait été ouverte suite à la plainte de Samantha Seijas.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse