Écrire Un jeune militant détenu affirme avoir été torturé

Alain Didah Kemba, porte-parole du mouvement de jeunesse tchadien Iyina, a été arrêté le 19 février parce qu’il aurait tenté de brûler un pneu dans la rue. Il est détenu sans inculpation au siège de la police. Il a déclaré avoir reçu des coups aux jambes et sur la plante des pieds lors d’un interrogatoire et, selon son avocat, il peut à peine se tenir debout à cause de ces mauvais traitements.

Alain Didah Kemba, porte-parole du mouvement de jeunesse tchadien Iyina (« Nous sommes fatigués », en arabe local), a été arrêté le 19 février en début de matinée par un policier. Plus tard dans la journée, le porte-parole de la police a indiqué aux médias qu’Alain Didah Kemba avait été interpellé par un commandant de police alors qu’il s’apprêtait à brûler un pneu avec l’essence contenue dans la bouteille qu’il tenait. Son avocat a obtenu les mêmes informations lorsqu’il s’est rendu au siège de la police pour demander des nouvelles de son client. Il n’a pas pu le voir. Le même jour, le ministère public a affirmé à Amnesty International ne rien savoir de l’arrestation d’Alain Didah Kemba ni du lieu où il se trouvait.

Le 20 février, l’avocat de cet homme a tenté de lui rendre visite à deux reprises au siège de la police mais celle-ci a nié le détenir. Par la suite, les amis et la famille d’Alain Didah Kemba ont été en mesure de confirmer qu’il était détenu au siège de la police, où il se trouve encore actuellement. Ce n’est qu’après cette confirmation que son avocat a pu le voir. Il a expliqué à Amnesty International que son client pouvait à peine se tenir debout et avait indiqué que des policiers lui avaient asséné des coups sur les jambes et la plante des pieds pendant un interrogatoire.

Alain Didah Kemba n’a pas encore été inculpé et nie avoir été en possession d’une bouteille d’essence au moment de son arrestation. Selon lui, il faisait son jogging matinal et la police l’a arrêté alors qu’il passait devant un pneu.
Depuis deux ans, les défenseurs des droits humains et les détracteurs du régime sont constamment réprimés au Tchad, où le cinquième mandat du président Déby et les mesures d’austérité destinées à enrayer la crise économique suscitent un mécontentement grandissant. Alain Didah Kemba critique ouvertement la politique gouvernementale, notamment les mesures d’austérité, et a participé à plusieurs manifestations pacifiques organisées par Iyina.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.