Écrire Un journaliste porté disparu

Jean Bigirimana, journaliste à Iwacu, a été vu pour la dernière fois le 22 juillet à Bugarama, dans la province de Muramvya. Selon Iwacu, des éléments indiquent que Jean Bigirimana, qui travaille pour ce journal depuis moins d’un mois, a été arrêté par les forces de sécurité. Le porte-parole de la police a cependant nié ces allégations.
Jean Bigirimana a été vu pour la dernière fois le 22 juillet. Il a été emmené par des personnes appartenant, semble-t-il, au Service national de renseignement (SNR), selon un collègue qui travaille avec lui à Bujumbura. Peu après, le rédacteur en chef d’Iwacu a reçu un appel anonyme l’informant que Jean Bigirimana avait été emmené par les forces de sécurité alors qu’il se trouvait à Bugarama, à environ 46 kilomètres de Bujumbura.
Le 25 juillet, le porte-parole de la police a publié un message sur Twitter afin de nier les allégations selon lesquelles les forces de sécurité avaient arrêté Jean Bigirimana et a appelé la famille de ce dernier à coopérer avec les enquêteurs.
On ignore pourquoi et dans quelles circonstances Jean Bigirimana a été emmené par des agents présumés du SNR. Cependant, la direction d’Iwacu pense que cela a peut-être un lien avec son travail de journaliste et ses voyages récents à Kigali. Jean Bigirimana a notamment assisté à un colloque organisé en juin 2016 à Kigali par RNW Media, une organisation non gouvernementale (ONG) néerlandaise. Depuis le début de la crise, en avril 2015, des dizaines de journalistes, craignant pour leur sécurité, ont fui le pays. Certains journalistes travaillent actuellement depuis le Rwanda, tandis que d’autres ont décidé purement et simplement de ne plus exercer (pour en savoir plus : http://www.iwacu-burundi.org/englishnews/confusion-around-an-arrest/).
Amnesty International craint que Jean Bigirimana n’ait été victime d’une disparition forcée.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.