Écrire Un journaliste risque la peine de mort pour des tweets

Le journaliste saoudien, Alaa Brinji, fait l’objet d’un procès devant la Cour pénale spéciale de Riyadh. Il a été inculpé d’apostasie et risque d’être condamné à mort. Il n’a pas été autorisé à consulter un avocat. Cet homme est un prisonnier d’opinion.
Le journaliste Alaa Brinji fait l’objet d’un procès devant la Cour pénale spéciale de Riyadh. Il a été inculpé, entre autres choses, d’« apostasie » et d’avoir « appelé à la pensée laïque », « incité le public à la haine contre les dirigeants du pays et tenté de ternir la réputation du pays », « tourné en dérision des figures religieuses de l’islam » et « enfreint l’article 6 de la Loi relative à la lutte contre la cybercriminalité ». Les accusations sont liées à ses publications sur Twitter, certaines appelant à la liberté de religion et soutenant le mouvement « Women to drive », des défenseurs des droits humains et des prisonniers d’opinion.

Alaa Brinji, 39 ans, a été arrêté le 12 mai 2014 par des membres des forces de sécurité, dont certains en civil, à un poste de contrôle, alors qu’il se rendait à Bahreïn avec sa femme. Il a été conduit à la prison de la Direction générale des enquêtes à Dammam (GDI ou al Mabahith), où il est toujours détenu. Il a été détenu au secret et à l’isolement pendant les 50 premiers jours, après quoi il a été autorisé à appeler sa femme. Son procès se serait ouvert en décembre 2015. Il n’a jamais été autorisé à consulter un avocat.

Alaa Brinji est un éminent journaliste qui a travaillé pour les journaux saoudiens al Bilad et al Sharq.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.