Écrire Un membre de l’opposition congolaise détenu sans inculpation

Paulin Makaya, membre de l’opposition politique congolaise, est maintenu en détention depuis le 23 novembre, sans avoir été présenté à une autorité judiciaire. Aucune inculpation n’a été prononcée contre lui. Interrogé à plusieurs reprises en l’absence de son avocat, il n’a pas été autorisé à recevoir la visite de ses proches dès son placement en détention.

Paulin Makaya, président du parti politique Unis pour le Congo (UPC) a reçu le 20 novembre une convocation écrite de la part du procureur général près la haute cour de Brazzaville. Il devait se présenter au bureau de celui-ci aux fins d’interrogatoire dans le cadre d’une enquête.

Paulin Makaya et son avocat s’y sont rendus lundi 23 novembre. Lors de l’entretien, on lui a posé des questions sur sa participation présumée à une manifestation non autorisée contre un référendum sur une révision de la Constitution congolaise. Cette manifestation avait été organisée par l’opposition le 20 octobre, à Brazzaville.

Alors que le procureur général continuait de l’interroger, des policiers sont entrés dans la pièce, l’ont arrêté et l’ont conduit au commissariat central de la capitale congolaise avant de l’interroger en l’absence de son avocat. Ce dernier s’est rendu au commissariat le lendemain, mais n’a pas été autorisé à voir son client. Paulin Makaya a de nouveau été interrogé les 26, 27 et 30 novembre, en l’absence de son avocat. Son épouse n’a pas été autorisée à lui rendre visite ni à lui apporter de la nourriture le premier jour de sa détention.
Il est retenu au commissariat depuis le 23 novembre, sans avoir été présenté à une autorité judiciaire ni inculpé. La durée maximale de garde à vue sans comparution devant un juge, fixée par la loi à 72 heures, est maintenant écoulée.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse