Écrire Un membre de l’opposition dit avoir été torturé dans une prison soudanaise

Radwan Daoud affirme avoir été torturé en détention par le Service national de la sûreté et du renseignement (NISS) à Khartoum. Il l’a confié à ses proches lorsque sa famille a été autorisée à lui rendre visite pour la première fois, le 30 décembre 2017. Il a été arrêté le 6 décembre 2017 et n’a pas encore été inculpé. Il n’a pas été autorisé à consulter un avocat. Radwan Daoud a la double nationalité américaine et soudanaise.
Radwan Daoud, titulaire de la double nationalité américaine et soudanaise, est un membre et militant pacifique du Parti du Congrès soudanais, un parti d’opposition. Le 30 décembre 2017, lorsque sa famille a été autorisée à lui rendre visite pour la première fois depuis son arrestation, Radwan Daoud lui a dit avoir été passé à tabac en détention.
Le 6 décembre 2017, le Service national de la sûreté et du renseignement (NISS) a arrêté Radwan Daoud, 34 ans, à Al Greif, un quartier situé dans la partie est de la ville de Khartoum-Nord, au Soudan. Radwan Daoud vit dans l’État de l’Oregon et était en visite au Soudan. Son arrestation serait liée à des vidéos qu’il a partagées publiquement sur son compte Facebook, pour attirer l’attention sur l’usage excessif de la force par la police contre des manifestants dans le quartier d’Al Greif. Des tensions ont opposé la police et les habitants du quartier qui manifestaient au sujet d’un conflit foncier.
Radwan Daoud est actuellement incarcéré dans le centre de détention du NISS dans la prison de Kober ; il n’a pas encore été inculpé. Il a initialement été privé de visites familiales pendant trois semaines, mais sa famille a par la suite été autorisée à lui rendre visite. Il n’est toujours pas autorisé à consulter un avocat.
Amnesty International considère Radwan Daoud comme un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé son droit à la liberté d’expression.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Pour une Belgique plus humaine envers les demandeurs d’asile

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !