Écrire Un militant chinois accusé de subversion

Le militant de renom Wu Gan (plus connu sous son nom de plume Tufu, « Le Boucher ») a été accusé de « subversion du pouvoir de l’État » et est en détention depuis 15 mois. Il avait été arrêté après avoir organisé une manifestation devant un tribunal, en soutien à un groupe d’avocats. Il risque d’être victime de torture et d’autres mauvais traitements.

Wu Gan n’a pas pu bénéficier d’une assistance juridique depuis que son avocat, Yan Xin, lui a rendu visite pour la dernière fois le 4 juin 2015. Son avocat s’est de nouveau rendu au centre de détention municipal n° 1 de Tianjin au début du mois d’août 2016 afin de voir son client, mais il n’y a pas été autorisé. L’avocat a reçu une notification écrite datée du 11 août et intitulée « Décision relative au rejet de la demande de visite des avocats à un suspect », dans laquelle le bureau de la Sécurité publique de Tianjin invoquait l’article 37(3) du Code de procédure pénale et affirmait que Wu Gan était accusé de « subversion du pouvoir de l’État », ce qui s’inscrivait dans le cadre d’une affaire de « mise en danger de la sécurité de l’État », et qu’autoriser la visite de l’avocat interférerait avec l’enquête et exposerait des secrets d’État.

Wu Gan a été placé en détention administrative pendant 10 jours après avoir organisé une manifestation devant le tribunal populaire supérieur de la province du Jiangxi le 20 mai 2015 en soutien à un groupe d’avocats qui demandaient de pouvoir consulter des documents du tribunal relatifs à une affaire de 2000 dans laquelle les accusés encourent la peine de mort dans le canton de Leping.

Le 28 mai 2015, Wu Gan a été placé en détention car il était soupçonné de « diffamation » et d’avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public ». En juillet 2015, Wu Gan a été officiellement arrêté par le parquet populaire de la ville de Xiamen pour des accusations d’« incitation à la subversion du pouvoir de l’État » et pour avoir « cherché à provoquer des conflits et troublé l’ordre public ». Son affaire a été déférée au bureau de la Sécurité publique de Tianjin en janvier 2016, pour qu’elle fasse l’objet d’une enquête. Cette enquête a été prolongée trois fois avant que son avocat ne reçoive la « Décision relative au rejet de la demande de visite des avocats à un suspect ».

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse