Écrire Un militant condamné à l’issue d’un procès inique

Le militant en faveur des droits humains et de la démocratie, Manuel Chivonde Nito Alves, a été inculpé pour outrage à magistrat et a fait l’objet d’un procès sommaire. Il a été condamné à six mois d’emprisonnement et à une amende le 8 février. Il purge actuellement sa peine à la prison de Viana.
Le procès des 17 militants angolais a repris le 8 février et le père du militant Manuel Chivonde Nito Alves était l’un des témoins appelés à témoigner.

Selon certaines informations, Manuel Chivonde Nito Alves a eu l’impression que le procureur tentait d’intimider son père par ses questions pendant son contre-interrogatoire. Manuel Chivonde Nito Alves a alors dit tout haut : « Je n’ai pas peur de perdre la vie. Ce procès est une farce ».

Le ministère public a alors demandé qu’il soit inculpé d’outrage à magistrat en raison de ces propos. Le juge a interrompu l’audience des 17 militants, a suspendu le procès pour la journée et a ouvert une nouvelle procédure contre Manuel Chivonde Nito Alves le même jour. Les garanties d’équité des procès, notamment le droit à une défense pleine et entière, n’ont pas été respectées et Manuel Chivonde Nito Alves n’a pas été autorisé à citer des témoins lors de ce procès sommaire. Il a alors été déclaré coupable et condamné à six mois d’emprisonnement et à une amende de 50 000 kwanzas. Il purge actuellement sa peine à la prison de Viana.

La critique des représentants de l’État, y compris du système judiciaire, est protégée au titre du droit à la liberté d’expression. Les représentants de l’État doivent faire preuve d’un plus haut degré de tolérance face à la critique que les personnes privées.

Manuel Chivonde Nito Alves est un prisonnier d’opinion, condamné uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !