Écrire Un militant détenu arbitrairement en raison de publications sur facebook

Le militant sénégalais Guy Marius Sagna a été inculpé de diffusion de fausse alerte au terrorisme le 5 août. Il a été arrêté de façon arbitraire le 16 juillet à Dakar.
Il a d’abord été interrogé au sujet de ses deux billets publiés sur Facebook concernant l’absence d’hôpitaux de qualité au Sénégal, 59 ans après l’indépendance du pays, puis au sujet d’un billet publié sur une page Facebook sur la présence de l’armée française en Afrique.

Il est incarcéré à la maison d’arrêt de Rebeuss, à Dakar.

Guy Marius Sagna est un militant bien connu au Sénégal. Il a été le coordinateur de la coalition nationale Non aux APE (Accords de partenariat économique) au Sénégal. Il s’agit d’accords de partenariat économique entre le Sénégal et l’Union européenne.

Il mène campagne contre ce qu’il appelle les « accords néocolonialistes » et il est membre du FRAPP/France dégage. Il est régulièrement arrêté alors qu’il ne fait qu’exercer son droit de réunion pacifique et son droit à la liberté d’expression, puis libéré sans inculpation.

En octobre 2016, l’Assemblée nationale sénégalaise a adopté des textes portant modification du Code pénal et du Code de procédure pénale qui pourraient être utilisés pour étouffer la dissidence pacifique, en prétendant que cette mesure était nécessaire pour combattre le terrorisme et la cybercriminalité. Les modifications apportées au Code pénal incluent des définitions rédigées en termes vagues et trop généraux d’infractions liées au terrorisme, qui exposent les militants à de lourdes peines.

Plusieurs artistes et journalistes ont été arrêtés et maintenus en détention pendant plusieurs jours de façon arbitraire uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

J'agis

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Monsieur le Ministre,

Je vous écris pour vous faire part de ma préoccupation au sujet de l’arrestation et de la détention arbitraires du militant Guy Marius Sagna.

Guy Marius Sagna est un membre du mouvement Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine (FRAPP)/France dégage.

Il a été arrêté de façon arbitraire le 16 juillet à Dakar par la Brigade de recherche de la gendarmerie. Il a d’abord été interrogé au sujet de ses deux billets publiés sur Facebook concernant l’absence d’hôpitaux de qualité au Sénégal, 59 ans après l’indépendance du pays, et le fait que de nombreux dirigeants politiques sénégalais ont dû aller en Europe pour obtenir des soins de santé de qualité. Quand il a été arrêté, il n’a pas été informé des charges retenues contre lui. Trois jours après son arrestation, Guy Marius Sagna a été interrogé au sujet d’un billet publié sur la page Facebook du FRAAP portant sur la présence de l’armée française en Afrique et sur une attaque terroriste dans la région du Sahel. Selon cet homme et son avocat, il n’a pas écrit ce billet publié sur Facebook, et il n’est pas le coordinateur du FRAAP/France dégage.

Le 19 juillet, il a été inculpé de « diffusion de fausses nouvelles » et incarcéré à la maison d’arrêt de Rebeuss, à Dakar. Le procureur a par la suite remplacé ce chef d’inculpation par celui de « diffusion de fausse alerte au terrorisme », le 5 août.

Je vous prie instamment de veiller à ce que :

• Guy Marius Sagna soit libéré immédiatement et sans condition, car il est détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression ;
• le droit à la liberté d’expression soit pleinement respecté, protégé, promu et réalisé au Sénégal ;
• pendant sa détention, Guy Marius Sagna ne soit pas soumis à la torture ou à d’autres mauvais traitements, et à ce qu’il soit autorisé à communiquer avec son avocat et avec sa famille.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

LANGUE(S) À PRIVILÉGIER POUR LA RÉDACTION DE VOS APPELS : français
Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.


Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !