Écrire Un militant jugé pour avoir planifié une manifestation

Albissaty Salhe Alazam a été arrêté et placé en détention le 4 avril pour avoir participé à l’organisation d’une manifestation pacifique qui s’est déroulée le 5 avril à N’Djamena (Tchad) et dont l’objectif était d’appeler les autorités à libérer quatre militants. Son procès, initialement prévu pour le 11 avril, a été reporté au 18.

Albissaty Salhe Alazam, l’un des dirigeants de la plateforme Ça suffit, qui rassemble plusieurs organisations de la société civile, a reçu une convocation écrite du procureur général Alghassim Khamis le 2 avril ; il devait se présenter au siège de la police judiciaire, à N’Djamena, afin d’y être interrogé dans le cadre d’une enquête.

Il s’y est rendu avec son avocat le 4 avril. À son arrivée, il a été arrêté et placé en garde à vue sans inculpation.

Il a été déféré au parquet le 7 avril en présence de son avocat et inculpé d’« incitation à un rassemblement non armé », « troubles à l’ordre public » et « désobéissance à un ordre légitime ». Il a aussi été accusé d’avoir organisé une manifestation illégale, qui s’est déroulée le 5 avril sans l’autorisation du ministère de la Sécurité publique et de l’Immigration. L’objectif de ce rassemblement pacifique était d’appeler les autorités à libérer quatre militants – Mahamat Nour Ibedou, Younous Mahadjir, Nadjo Kaina Palmer et Céline Narmadji – qui étaient jugés pour avoir projeté d’organiser des manifestations pacifiques pour protester contre le fait que le président Idriss Déby brigue un nouveau mandat. Après son inculpation, Albissaty Salhe Alazam a été transféré à la prison d’Amsinéné.

Son procès, initialement prévu pour le 11 avril, a été reporté au 18. Amnesty International le considère comme un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !