Écrire Un militant papou poursuivi en justice pour avoir publié une vidéo sur facebook

Un militant papou indépendantiste, Agustinus Yolemal, a été arrêté et inculpé pour avoir publié une vidéo sur Facebook. Il est accusé de « propagation de l’hostilité contre l’idéologie de l’État » au titre de la Loi sur l’information et les transactions électroniques. S’il est déclaré coupable, il risque d’être condamné à une peine allant jusqu’à six ans d’emprisonnement. Il est un prisonnier d’opinion et doit par conséquent être libéré immédiatement et sans condition.
Dans la soirée du 23 août, Agustinus Yolemal, militant indépendantiste papou, se trouvait chez lui à Timika, dans le district de Mimika, en Papouasie, avec sa femme, son fils de six ans et sa belle-sœur. Une dizaine de policiers ont arrêté Agustinus, sans présenter de mandat d’arrêt, et la police a emmené les quatre personnes au poste de police pour les interroger. Le petit garçon de six ans a lui aussi été interrogé par la police. Au bout de plusieurs heures d’interrogatoire, trois de ces personnes ont été relâchées, mais Agustinus a été placé en détention. La police a indiqué qu’Agustinus était soupçonné d’avoir diffusé une vidéo contenant des « messages hostiles à l’égard de l’idéologie de l’État indonésien. » Dans la vidéo qu’Agustinus a publiée sur sa page Facebook il y a quelques mois, on voit et on entend Agustinus et son fils qui crient ensemble des slogans tels que « Papouasie, indépendance », « référendum, oui », « Indonésie, retourne chez toi », « Indonésie, imbécile » et « Indonésie, animal ». À la fin de la vidéo, Agustinus dit que certains de ces slogans sont trop « méchants » et il demande à son fils de ne pas les répéter.
L’article 45A(2) de la Loi sur l’information et les transactions électroniques (Loi sur l’ITE), au titre de laquelle Agustinus a été inculpé, sanctionne d’une peine maximale de six ans d’emprisonnement et/ou d’une amende allant jusqu’à un milliard de roupies (environ 66 700 dollars des États-Unis) « [t]oute personne qui, délibérément et sans en avoir le droit, diffuse des informations dans le but de susciter la haine ou l’hostilité envers des personnes et/ou des groupes de personnes sur la base de l’appartenance ethnique, de la religion, de la race et des intergroupes (antar-golongan) comme le prévoit l’article 28(2) de la Loi sur l’ITE. » Alors que ces articles de la Loi sur l’ITE se réfèrent aux informations visant à « susciter la haine ou l’hostilité » envers des personnes ou des groupes, ils ont en pratique été utilisés pour poursuivre en justice des personnes qui utilisent les réseaux sociaux ou d’autres plateformes en ligne pour critiquer ou ridiculiser des entités abstraites telles que la religion ou l’« idéologie de l’État ». Cette loi rédigée en termes vagues et trop généraux est donc souvent utilisée pour arrêter, poursuivre en justice et sanctionner des personnes ayant pacifiquement exercé leur liberté d’expression.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !