Écrire Un militant renvoyé de force est exposé à un risque accru de torture

Sans que sa famille en ait été officiellement informée, Dong Guangping a été transféré dans un nouveau centre de détention. Cet homme est détenu au secret sans jugement depuis son renvoi forcé depuis la Thaïlande en 2015, et son transfert renforce les craintes qu’il ne fasse l’objet d’un procès inique et qu’il ne soit torturé.
La famille de Dong Guangping a appris son transfert par un ami en octobre, mais elle n’a reçu aucune notification directe des autorités, contrairement à ce que prévoit la législation chinoise.

Le 19 octobre, un ami de Dong Guangping s’est présenté au centre de détention n° 2 de la zone municipale de Chongqing, où Dong Guangping avait été initialement été incarcéré, pour lui faire parvenir de l’argent. Cependant, le centre de détention a refusé d’accéder à sa demande, indiquant que Dong Guangping avait été transféré dans un autre centre de détention en septembre. Faute d’informations directes de la part des autorités, ce n’est qu’à la fin du mois d’octobre que la famille de Dong Guangping a réussi à savoir qu’il avait été transféré dans le centre de détention de Nananqu, dans la zone municipale de Chongqing.

En Chine, les détenus doivent acheter la plupart des produits de première nécessité, comme le dentifrice, le papier hygiénique et de la nourriture pour améliorer l’ordinaire, en utilisant de l’argent qui leur est transmis depuis l’extérieur. La plupart du temps, les amis de Dong Guangping n’étaient pas autorisés à lui faire parvenir de l’argent, à la différence d’autres détenus, car le centre de détention exigeait qu’ils présentent la notification de son arrestation officielle, que sa famille n’a jamais reçue.

Reconnu comme réfugié, Dong Guangping avait obtenu le feu vert pour une réinstallation rapide, mais il a fait l’objet d’un retour forcé en Chine le 13 novembre 2015, alors qu’il était prévu qu’il quitte la Thaïlande pour un pays tiers cinq jours plus tard et qu’il courait un risque réel et connu de subir de graves violations des droits humains en Chine. Bien qu’il soit détenu depuis près de deux ans, sa famille n’a toujours pas été directement informée par les autorités de son lieu de détention, de son arrestation, de son inculpation ni des charges pesant sur lui. Ce n’est que par l’intermédiaire de l’avocat désigné par les autorités pour remplacer celui qu’elle avait engagé que la famille de Dong Guangping a appris qu’il avait été inculpé de « subversion de l’État » et de « franchissement illégal de la frontière nationale ».

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nicaragua : justice pour Amaya et les autres activistes persécutés

Amaya Coppens, une belgo-nicaraguayenne, et d’autres étudiants sont victimes de la répression du gouvernement. Signez la pétition !