Écrire Un nouveau chef d’accusation retenu contre Nabeel Rajab

Le procès du défenseur des droits humains bahreïnite Nabeel Rajab, jugé pour « diffusion de fausses rumeurs en temps de guerre » et « outrage aux pouvoirs publics » en raison de messages publiés sur Twitter en 2015, a débuté le 12 juillet. Lors de la première audience, un nouveau chef d’accusation, « insulte envers un pays étranger », a également été retenu contre lui. Le procès a été renvoyé au 2 août.

Le 12 juillet s’est ouvert le nouveau procès de Nabeel Rajab devant la Haute Cour criminelle, lors duquel un chef d’accusation supplémentaire, « insulte envers un pays étranger », a été retenu contre lui. Nabeel Rajab a été informé le 26 juin qu’il serait jugé pour « diffusion de fausses rumeurs en temps de guerre » et « outrage aux pouvoirs publics » (au ministère de l’Intérieur), pour avoir publié et repris des commentaires sur Twitter au sujet de la guerre au Yémen et d’actes de torture qui auraient été commis à la prison de Jaww à la suite d’une mutinerie survenue en mars 2015. Il a nié toutes les accusations retenues contre lui. Selon ses avocats, lorsqu’il a été arrêté et interrogé en avril 2015, le chef d’accusation d’« insulte envers un pays étranger », figurant à l’article 215 du Code pénal bahreïnite et passible de deux ans de prison, n’a pas été mentionné. Le tribunal l’a débouté de sa demande de libération sous caution pour raisons médicales et a refusé la levée de son interdiction de voyager en vigueur depuis le 13 juillet 2015. Le procès a été renvoyé au 2 août. Les 13 et 14 juillet, le ministère public et le tribunal ont rejeté une demande de permission de sortie formulée par Nabeel Rajab pour assister aux obsèques de son oncle.

Au tribunal, les avocats de Nabeel Rajab ont indiqué qu’il avait perdu huit kilogrammes depuis son arrestation et souffrait de plusieurs problèmes de santé, dont le plus récent est une arythmie cardiaque (battements de cœur irréguliers) qui le gêne pour respirer et parler. Il est détenu dans des conditions d’hygiène déplorables. Le 27 juin, il a été transféré en ambulance à l’unité de soins intensifs de cardiologie de l’hôpital des Forces de défense de Bahreïn, avant d’être reconduit au poste de police de Riffa Ouest le lendemain.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.