Écrire Un poète condamné à mort pour apostasie en Arabie saoudite.

Ashraf Fayadh, poète et artiste palestinien, a été condamné à mort en Arabie saoudite pour le « crime » d’apostasie. Il n’a pas eu le droit de s’entretenir avec un avocat pendant sa détention ou son procès. Cet homme est un prisonnier d’opinion.

Ashraf Fayadh, poète et artiste palestinien âgé de 35 ans, né et résidant en Arabie saoudite, a été condamné à mort le 17 novembre. Le tribunal général d’Abha, dans le sud-ouest de l’Arabie saoudite, l’a déclaré coupable d’apostasie, après qu’une cour d’appel a annulé sa condamnation en première instance à quatre ans de prison et à 800 coups de fouet pour violation de l’article 6 de la Loi relative à la lutte contre la cybercriminalité.

Ashraf Fayadh a été arrêté le 6 août 2013 à la suite d’une plainte déposée par un citoyen saoudien, qui affirmait que le poète faisait l’éloge de l’athéisme et diffusait des idées blasphématoires parmi les jeunes. Libéré le lendemain, il a de nouveau été arrêté le 1er janvier 2014 et inculpé d’apostasie, au motif qu’il remet en cause la religion et véhicule la pensée athéiste dans ses poèmes. Il a également été inculpé d’avoir enfreint l’article 6 de la Loi relative à la lutte contre la cybercriminalité en prenant des photos de femmes et en les stockant sur son téléphone portable.

Le 30 avril 2014, le tribunal a condamné Ashraf Fayadh à quatre ans de prison et 800 coups de fouet pour les charges en lien avec les photos de femmes conservées sur son téléphone. Il a conclu que le repentir du poète concernant l’accusation d’apostasie était satisfaisant. La cour d’appel, cependant, a recommandé qu’il soit néanmoins condamné pour apostasie et a renvoyé l’affaire devant le tribunal général, qui l’a condamné à mort pour ce chef d’accusation.

Ashraf Fayadh n’a pas pu s’entretenir avec un avocat pendant sa détention ni pendant son procès, en violation du droit saoudien et du droit international.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse