Écrire Un prisonnier d’opinion a besoin de soins médicaux

Le défenseur des droits humains Saud al Hashimi aurait récemment été victime de deux attaques cérébrale et il a besoin d’urgence de soins médicaux. Cet homme est un prisonnier d’opinion.

Le défenseur des droits humains et prisonnier d’opinion Saud al Hashimi purge une peine de 30 ans d’emprisonnement dans la prison de Dhaban, à Djedda, dans l’ouest de l’Arabie saoudite. Selon les informations fournies à Amnesty International, il a récemment été victime de deux attaques cérébrales, et n’a pas bénéficié ensuite de soins médicaux adéquats. La première attaque a eu lieu il y a environ trois mois, et la seconde il y a environ 11 jours. Des médecins de la prison l’ont examiné, mais il n’a pas bénéficié d’examens médicaux adéquats ni été transféré dans un hôpital où il pourrait recevoir le traitement médical spécialisé dont il a besoin.

Amnesty International croit savoir que Saud al Hashimi souffre de toute une série d’autres troubles de santé persistants, notamment d’hypercholestérolémie, d’anémie, d’une grave inflammation des articulations, ainsi que de problèmes d’équilibre et de vertiges. Il n’a reçu des médicaments que par intermittence, et les autorités pénitentiaires ne lui ont pas fourni le régime alimentaire spécial que requiert son état de santé. Saud al Hashimi est actuellement détenu dans une toute petite cellule dépourvue de fenêtre et d’aération, et il n’a pas été autorisé à utiliser un vélo d’intérieur qui l’aiderait à réduire son taux de cholestérol.

En novembre 2011, Saud al Hashimi a été condamné par le Tribunal pénal spécial de Riyad en à 30 années d’emprisonnement, 30 années d’interdiction de sortie du territoire à sa libération et une amende de 2 millions de rials saoudiens (environ 534 000 dollars des États-Unis). Il a été déclaré coupable, notamment, de désobéissance au roi, formation d’une organisation opposée au gouvernement, blanchiment d’argent et « soutien au terrorisme ». Saud al Hashimi a par le passé dit avoir été torturé et soumis à d’autres mauvais traitements au moins trois fois depuis son arrestation – il a été arrêté en même temps de huit autres hommes – en février 2007.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse