Écrire Un prisonnier d’opinion dans un état critique

La santé de Nguyăn Văn Túc se détériore rapidement, au point où il s’évanouit quotidiennement. Pourtant, les autorités continuent à le priver de soins médicaux adéquats et l’ont transféré dans une prison éloignée, ce qui fait qu’il est beaucoup plus difficile pour sa famille de lui rendre visite. Nguyễn Văn Túc est un prisonnier d’opinion ; en tant que tel, il doit être libéré immédiatement et sans condition.

Nguyễn Văn Túc, 55 ans, a de graves problèmes de santé, notamment des troubles cardiaques qui font qu’il s’évanouit jusqu’à trois fois par jour, des saignements continus de l’anus dus à des hémorroïdes et une détérioration rapide de la vue. Bien qu’il ait demandé à maintes reprises à recevoir des soins médicaux d’urgence, les autorités pénitentiaires n’ont jamais donné suite à ses requêtes et Nguyễn Văn Túc continue à souffrir de troubles qui pourraient pourtant être traités.

Le 8 novembre 2018, lorsque la femme de Nguyễn Văn Túc est allée lui rendre visite, les gardiens lui ont dit qu’il avait été transféré dans une autre prison, à 400 kilomètres de là. Quatre jours plus tard, après avoir effectué un voyage de cinq heures jusqu’à cet établissement, elle a dû supplier les gardiens pour être autorisée à voir son mari. Après la visite, elle s’est dite alarmée par la détérioration de la santé de Nguyễn Văn Túc ; elle reste inquiète pour son bien-être.

Nguyễn Văn Túc a été arrêté en septembre 2017 dans la province de Thai Binh (nord du Viêt-Nam), au titre de l’article 79 du Code pénal de 1999, pour « tentative de renversement du gouvernement ». Le 10 avril 2018, le tribunal local l’a déclaré coupable et l’a condamné à 13 ans de réclusion suivis de trois années de résidence surveillée. La cour d’appel a confirmé la déclaration de culpabilité et la peine en septembre 2018. Sa condamnation est l’une des plus lourdes jamais infligées à un militant pacifique dans ce pays.

Les autorités vietnamiennes transfèrent souvent des prisonniers d’opinion dans des endroits reculés à titre punitif. La province de Thanh Hóa, où Nguyễn Văn Túc est actuellement incarcéré, est connue pour la rigueur de son climat, aux étés extrêmement chauds et aux hivers glaciaux dans la partie montagneuse. La santé de Nguyễn Văn Túc suscite d’autant plus d’inquiétudes que la nourriture dans la prison, selon d’anciens détenus, est « abominable », que les prisonniers dorment sur des lits en ciment avec une mince couverture en hiver, et qu’ils n’ont aucune protection contre la chaleur accablante en été.

Nguyễn Văn Túc est membre d’une organisation non enregistrée, Fraternité pour la démocratie, qui prône l’instauration d’un système multipartite au Viêt-Nam. Le gouvernement vietnamien a toujours puni sévèrement les personnes qui remettaient en cause son pouvoir, même de façon pacifique.

En 2017, les autorités vietnamiennes ont pris des mesures répressives à l’égard de Fraternité pour la démocratie, arrêtant sept de ses membres. Le fondateur de cette organisation, Nguyễn Văn Đài, avocat spécialiste des droits humains, avait été appréhendé en décembre 2015.

Nguyễn Văn Túc est un prisonnier d’opinion pour la deuxième fois car il a déjà passé quatre ans en prison, entre 2008 et 2012, après avoir été condamné pour « propagande contre l’État » au titre de l’article 88 du Code pénal. Il a milité en faveur des droits humains, de la démocratie et de la souveraineté maritime.

Nguyễn Văn Túc fait partie des 97 prisonniers d’opinion recensés au Viêt-Nam qui figurent sur la liste publiée par Amnesty International en avril 2018. Le Viêt-Nam est l’un des pays qui incarcèrent le plus de militants pacifiques en Asie du Sud-Est, où les conditions de détention sont particulièrement éprouvantes pour les prisonniers politiques. La torture et les autres mauvais traitements, y compris la détention au secret prolongée, l’isolement cellulaire prolongé, les passages à tabac et la privation délibérée de soins médicaux, sont strictement interdits par le droit international, mais restent une pratique courante des autorités vietnamiennes.

J'agis

DANS LES APPELS QUE VOUS FEREZ PARVENIR LE PLUS VITE POSSIBLE AUX DESTINATAIRES MENTIONNÉS CI-APRÈS, en anglais, en vietnamien ou dans votre propre langue :

 demandez instamment aux autorités de fournir immédiatement à Nguyễn Văn Túc des soins médicaux appropriés, conformément à l’Ensemble de règles minima des Nations unies pour le traitement des détenus (règles Nelson Mandela) ;

 engagez les autorités à libérer Nguyễn Văn Túc immédiatement et sans condition car il s’agit d’un prisonnier d’opinion, détenu uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression et d’association ;

 priez-les de veiller à ce que, dans l’attente de sa libération, Nguyễn Văn Túc soit protégé contre la torture et les autres formes de mauvais traitements, y compris contre le refus délibéré d’un traitement médical approprié.


Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.