Écrire Un procès de nouveau ajourné

Nasser bin Ghaith a comparu devant la Chambre de la sûreté de l’État de la Cour suprême fédérale à Abou Dhabi le 20 juin pour sa quatrième audience. Son affaire a été ajournée au 26 septembre. Cet homme est un prisonnier d’opinion, poursuivi uniquement pour avoir exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression et d’association.

Le 20 juin, Nasser bin Ghaith, un universitaire et économiste de renom, a comparu devant la Chambre de la sûreté de l’État de la Cour suprême fédérale pour la quatrième audience de son procès. Le tribunal a entendu les témoins de l’accusation, notamment un membre de la sûreté de l’État et un membre du Département d’analyses judiciaires, chargé d’examiner le matériel électronique. Pendant son contre-interrogatoire limité des témoins, l’avocat de Nasser bin Ghaith a été interrompu dès qu’il posait des questions liées aux accusations de « communication et collaboration avec des membres de l’organisation interdite al Islah ».

Ces accusations sont liées à des rencontres entre Nasser bin Ghaith, Mohammed al Roken (l’un des « 94 Émiriens ») et le secrétaire général d’Amnesty International en décembre 2011. Le juge n’a pas permis à Nasser bin Ghaith de s’exprimer au tribunal et ce dernier n’a pas été autorisé à s’entretenir avec son avocat depuis son audience du 23 mai. En juin, Nasser bin Ghaith a été transféré à la prison d’al Sadr, à Abou Dhabi.

Le ministère public a essayé d’établir un lien entre Nasser bin Ghaith et Hassan al Doqqi, le secrétaire général du parti émirien de l’Oumma, qui est également poursuivi dans le cadre de la même affaire. Les autorités ont notamment eu recours à un courriel envoyé à Nasser bin Ghaith par Hassan al Doqqi en 2012 dans lequel il lui demandait des conseils avant de créer son parti. L’un des témoins a confirmé lors de son interrogatoire que Nasser bin Ghaith n’avait pas répondu à ce message. Aucune enquête indépendante sur les allégations de disparition forcée et de torture et d’autres mauvais traitements formulées par Nasser bin Ghaith lors de sa première et de sa deuxième audience n’a été diligentée à ce jour.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.