Écrire Un responsable indigène tué, sa communauté en danger

Le 1er février, Juan Ontiveros Ramos, un responsable indigène, a été retrouvé mort dans l’État de Chihuahua (nord du Mexique). La veille, des inconnus l’avaient emmené de force de son domicile et avaient violemment frappé les autres membres de la famille au cours de l’attaque. Les habitants de Choréachi sont toujours en danger.
Le 31 janvier, des inconnus armés ont pénétré dans la maison familiale de Juan Ontiveros Ramos, dans la municipalité de Guadalupe y Calvo, l’ont frappé ainsi que les autres membres de sa famille et l’ont emmené de force. Des témoins ont entendu des coups de feu immédiatement après. Le 1er février, le corps de Juan Ontiveros a été retrouvé ailleurs dans la municipalité
Juan Ontiveros Ramos était un responsable du peuple indigène rarámuri (tarahumara). Il était en charge des problèmes de sécurité de la communauté de Choréachi (également connue sous le nom de Pino Gordo), localisée dans la municipalité de Guadalupe y Calvo, dans l’État de Chihuahua. À plusieurs reprises, il a présenté au gouvernement mexicain des informations concernant les préoccupations de son peuple liées à la criminalité, notamment au crime organisé dans la région. À cet effet, il avait participé le 20 janvier à une réunion de haut niveau avec les autorités étatiques et fédérales.
Amnesty International possède des informations indiquant que d’autres membres du peuple rarámuri ont été pris pour cible après avoir informé les autorités de leurs problèmes de sécurité ou après en avoir parlé publiquement. Ces dernières années, certains responsables et leurs familles, ainsi que des membres d’ONG travaillant sur le terrain, ont fui la communauté après avoir été menacés et attaqués par des personnes armées. Amnesty International pense que d’autres membres de la communauté, vivant à Choréachi ou déplacés de force ailleurs dans l’État de Chihuahua, sont en danger.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.