Écrire Un Tchétchène victime d’une disparition forcée

Le 31 mars, deux hommes en uniforme se sont présentés au domicile de Khoussein Betelgueriev, à Grozny, et l’ont emmené. Ce célèbre auteur-compositeur-interprète de Tchétchénie, en Fédération de Russie, est porté disparu depuis et sa vie est peut-être en danger.

Dans la soirée du 31 mars, deux hommes en uniformes noirs non identifiables, qui seraient des agents des forces de l’ordre tchétchènes, sont arrivés dans une voiture noire immatriculée VAZ-2109 au domicile de Khoussein Betelgueriev à Grozny, capitale de la République tchétchène, en Fédération de Russie. Ils lui ont ordonné de venir avec eux et ont refusé de dire à sa femme où ils l’emmenaient. Lorsque son épouse a tenté d’appeler Khoussein Betelgueriev sur son portable 15 minutes plus tard, personne n’a répondu. On est sans nouvelles de lui depuis cette date.

Le 2 avril, l’épouse de Khoussein Betelgueriev a signalé sa disparition à la police. Les médias ont fait largement écho à cette disparition. Le 4 avril, le Comité d’enquête pour la République tchétchène (agence en charge des enquêtes criminelles) a déclaré sur son site Internet qu’il examinait les informations relatives à son enlèvement.
Deux autres Tchétchènes, Rizvan Ibraghimov et Aboubakar Didiev, ont disparu le 1er avril dans des circonstances similaires et tous deux ont « réapparu » le 5 avril. On a appris qu’ils avaient été détenus dans un poste de police local et libérés après avoir assisté à une rencontre avec le leader tchétchène Ramzan Kadirov. Celui-ci s’est exprimé au sujet de cette rencontre sur son compte Instagram le jour même, affirmant que Rizvan Ibraghimov et Aboubakar Didiev avaient « présenté des excuses à la communauté universitaire et aux dirigeants religieux de Tchétchénie », pour certaines de leurs publications. On reste sans nouvelles de Khoussein Betelgueriev.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse