Écrire Un tribunal militaire déboute un militant en appel

Un tribunal militaire israélien a débouté le défenseur palestinien des droits humains Abdallah Abu Rahma, qui avait interjeté appel de la peine de quatre mois avec sursis qui lui avait été infligée en raison de sa participation pacifique à une manifestation. Le juge a déclaré : « Je pense qu’il serait judicieux de faire retomber l’enthousiasme de l’appelant dans les années à venir. »

Le 17 novembre, un tribunal militaire a débouté Abdallah Abu Rahma, qui avait interjeté appel de la peine de quatre mois avec sursis et de l’amende équivalente à 1 300 dollars des États-Unis qui lui avaient été infligées. Si cet homme se trouve impliqué, au cours des trois prochaines années, dans toute action que les autorités israéliennes considèrent comme violente ou faisant « obstruction à un militaire dans l’exercice de ses fonctions », il devra purger sa peine.
Abdallah Abu Rahma a été condamné en février 2015 pour « obstruction à un militaire dans l’exercice de ses fonctions ». Il avait été arrêté en mai 2012 alors qu’il se tenait devant des bulldozers de l’armée israélienne transportant des blocs de béton destinés à servir de barrages routiers lors d’une manifestation organisée au poste de contrôle de Beitunia, en Cisjordanie, pour commémorer la Nakba (le déplacement de plus de 700 000 Palestiniens en 1948) et en signe de solidarité envers les prisonniers et détenus palestiniens.

En appel, les avocats d’Abdallah Abu Rahma ont avancé que les accusations portées par le parquet militaire ne justifiaient pas de poursuites pénales, que leur client était pénalisé uniquement pour avoir exercé son droit au silence pendant l’interrogatoire consécutif à son arrestation, et que l’interrogatoire avait été entaché d’irrégularités. Le juge a débouté Abdallah Abu Rahma au motif que celui-ci avait commis plusieurs troubles à l’ordre public par le passé, notamment l’incitation à jeter des pierres.

Depuis plusieurs décennies, la loi militaire d’Israël impose aux Palestiniens des restrictions radicales des libertés d’expression et de réunion limitant notamment de manière radicale et arbitraire toute manifestation dans la Cisjordanie occupée.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse