Écrire Un universitaire en grêve de la faim est dans un état critique

La santé de Nasser bin Ghaith s’est gravement détériorée. Cet éminent économiste et universitaire émirien observe une grève de la faim depuis plus de 70 jours dans la prison d’Al Razeen, aux Émirats arabes unis, pour dénoncer les conditions de détention et la privation de soins médicaux dans cet établissement. Cet homme est un prisonnier d’opinion.
Le défenseur des droits humains Nasser bin Ghaith, incarcéré dans la prison de haute sécurité d’Al Razeen, au milieu du désert d’Abou Dhabi, a observé des grèves de la faim de diverses durées depuis le 7 octobre 2018. Sur une période de plus de 70 jours, il n’a absorbé qu’une petite quantité de nourriture à quelques reprises et sa santé s’est gravement détériorée. Il proteste contre les mauvais traitements infligés aux détenus par les autorités pénitentiaires, notamment la privation de soins médicaux et l’irrégularité des autorisations de visite pour les familles. Avant son arrestation et son placement en détention, Nasser bin Ghaith souffrait déjà d’une hypertension artérielle qui a entraîné une cardiomégalie (augmentation du volume du cœur) et un début de stéatose hépatique (accumulation de graisse dans les cellules du foie). Selon des informations dignes de foi, sa vue a fortement baissé et il trop faible pour se lever et marcher sans assistance, en raison de sa grève de la faim. Nasser bin Ghaith demande également sa libération depuis la grâce présidentielle accordée à l’universitaire britannique Matthew Hedges le 26 novembre 2018, une semaine après la condamnation de celui-ci à la réclusion à perpétuité pour espionnage.
Nasser bin Ghaith purge une peine de 10 ans de réclusion prononcée contre lui le 29 mars 2017 par la Cour d’appel fédérale à Abou Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis. Il a été déclaré coupable de divers chefs d’accusation, notamment de « publication de fausses informations » sur les dirigeants des Émirats Arabes Unis et leurs politiques, en raison de tweets dans lesquels il disait ne pas avoir bénéficié d’un procès équitable dans l’affaire des « Cinq des Émirats » », qui concernait également quatre autres Émiriens. Nasser bin Ghaith a aussi été déclaré coupable de « communication et coopération avec des membres de l’organisation interdite al Islah », pour avoir rencontré des personnes soupçonnées d’entretenir des liens avec cette organisation.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !