Écrire Une avocate est détenue dans un lieu inconnu

Hoda Abdelmoniem, avocate spécialisée dans la défense des droits humains, a été arrêtée le 1er novembre 2018. Les forces de sécurité ont fait irruption dans son appartement et l’ont emmenée dans un lieu inconnu.
Le 1er novembre 2018, les forces de sécurité ont fait irruption au domicile de Hoda Abdelmoniem, au Caire, à 1 h 30 du matin, et l’ont mis à sac avant d’emmener cette femme chez sa mère, les yeux bandés. Pendant que les forces de sécurité fouillaient le domicile de sa mère, Hoda Abdelmoniem est restée, les yeux toujours bandés, dans un véhicule de police. Elle a ensuite été emmenée de force dans un lieu inconnu. Sa fille a assisté à son arrestation.
Les policiers ont confirmé à la fille de Hoda Abdelmoniem qu’ils appartenaient aux forces de sécurité. Ils n’ont cependant pas présenté de mandat d’arrêt et ont refusé de lui préciser les motifs de l’arrestation de sa mère et le lieu où ils l’emmenaient. Hoda Abdelmoniem n’a pu emmener aucun médicament ni effet personnel. Elle a un caillot de sang dans la jambe et souffre d’hypertension, ce qui fait qu’elle a fréquemment des problèmes d’équilibre. Les avocats de Hoda Abdelmoniem se sont rendus dans plusieurs postes de police pour s’enquérir de son sort et du lieu où elle se trouvait, mais ils n’ont pas pu la localiser. Les autorités ont nié le fait que Hoda Abdelmoniem avait été arrêtée et ont affirmé qu’elles ne savaient pas où elle se trouvait. Amnesty International pense qu’elle a été victime d’une disparition forcée.
Hoda Abdelmoniem, 60 ans, est une avocate spécialisée dans la défense des droits humains qui travaille bénévolement comme consultante pour la Coordination égyptienne pour les droits et les libertés (ECRF), une organisation de défense des droits humains de premier plan. Au cours des cinq dernières années, Hoda Abdelmoniem a rassemblé des informations sur les violations des droits humains, notamment les cas de disparitions forcées. Elle est également avocate à la Cour de cassation et à la Cour suprême constitutionnelle égyptiennes, et a été membre du Conseil national des droits humains et du Barreau égyptien. Amnesty International pense que Hoda Abdelmoniem a été arrêtée en raison de ses activités militantes et parce qu’elle a fait partie de la défense dans le cadre de plusieurs affaires relatives aux droits humains.
L’arrestation de Hoda Abdelmoniem a eu lieu dans le contexte d’une nouvelle série d’arrestations qui a commencé le 1er novembre et qui vise d’éminents militants des droits humains et avocats spécialistes de ces droits, comme Mohamed Abu Horaira, ancien porte-parole de l’ECRF.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Mexique-USA : des familles ont besoin de compassion et non de violence

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !