Écrire Une avocate intimidée pendant le procès de policiers

L’avocate chilienne Karina Riquelme a été suivie et surveillée par des agents des services de renseignement de la police du Chili en raison de son travail de défense des droits de la communauté indigène mapuche.
La nuit du 10 juillet, dans la ville de Temuco (sud), deux hommes ont pointé pendant plusieurs minutes un laser vert sur la fenêtre de l’appartement de l’avocate Karina Riquelme, où elle vit avec sa fille de six ans. Les hommes sont partis quand un collègue de Karina Riquelme est arrivé chez elle. La veille, pendant une audience, Karina Riquelme a remarqué la présence intimidante d’inconnus qu’elle a identifiés comme des agents des services de renseignement de la police chilienne.
Karina Riquelme a déclaré à Amnesty International que plusieurs agents étaient présents dans la salle d’audience et à l’extérieur et avaient pris des photos d’elle et d’un autre avocat. Lorsqu’elle a elle aussi pris des photos de ces personnes, l’un des agents s’est approché d’elle rageusement et a posé des questions de manière menaçante. Le lendemain, l’un des agents est entré dans la salle d’audience et s’est fait passer pour un membre du public. Lorsque la juge du tribunal pénal de Temuco a demandé à cet homme d’indiquer son identité, il a marmonné quelque chose d’inintelligible et a quitté la salle d’audience.
Ces événements se sont produits lors de l’audience d’une enquête sur le directeur général des services de renseignement de la police et d’autres agents des services de renseignement de la police dans le cadre de l’affaire connue sous le nom d’Opération ouragan. Les membres de la police font l’objet d’une enquête pour entrave à la justice, falsification de documents et d’autres infractions visant à faire inculper des membres de la communauté mapuche d’Araucanía d’association terroriste illicite (affaire RIT 410-2018).
La Cour suprême du Chili a émis une décision en 2016 (Décision 7641-2016) ordonnant à la police et au ministère public de ne pas entraver le travail des avocats en vue d’interférer avec les procédures judiciaires liées à des enquêtes, notamment par la présence de policiers dans les lieux où les avocats travaillent. Cette décision a été prise après que Karina Riquelme et son collègue ont été suivis et photographiés en 2016.

L’Institut national des droits humains, une organisation publique indépendante de défense des droits humains au Chili, a déposé une plainte officielle au deuxième commissariat de Temuco après les récents événements. Karina Riquelme craint que ces menaces contre sa sécurité ne deviennent des attaques violentes.

En août 2016, peu après que Karina Riquelme Viveros a accepté de défendre un membre de la communauté mapuche dans le cadre d’une affaire de terrorisme de premier plan, des hommes en civil ont surveillé et photographié l’avocate et son collègue dans les tribunaux et aux alentours de ceux-ci. Deux véhicules que ces hommes utilisaient appartenaient respectivement à la police nationale chilienne et à la police judiciaire, d’après les plaques d’immatriculation.
Karina Riquelme Viveros et son collègue ont déposé une demande d’ordonnance de protection contre le chef de la police de la zone 9 d’Araucanía et contre le préfet de la police judiciaire auprès de la cour d’appel de Temuco, afin d’obtenir une protection de leur droit à la liberté individuelle. Le 1er octobre 2016, la cour d’appel a rejeté leur demande, statuant que les actions des policiers pouvaient être considérées comme leur comportement normal au tribunal. Le 19 octobre 2016, la Cour suprême a confirmé le rejet de la demande d’ordonnance de protection, mais a ordonné au ministère public de ne pas interférer avec le travail de Karina Riquelme et de son collègue dans le cadre des enquêtes sur les policiers, et a déclaré que la police devait agir conformément à la loi et à des instructions spécifiques des autorités compétentes, afin de ne pas entraver le travail des avocats. L’enquête menée dans le cadre de la demande d’ordonnance de protection de Karina Riquelme a révélé qu’elle et son collègue faisaient l’objet de deux enquêtes judiciaires. Le 5 janvier 2017, le juge du tribunal pénal a clos les deux enquêtes, au motif que les actions dont il était question ne constituaient pas des infractions.
En avril 2018, Karina Riquelme a reçu des informations montrant que son numéro de téléphone figurait sur une liste de 60 numéros qui étaient sur écoute de la police au début de l’année 2017, au titre de la Loi chilienne sur le renseignement. Pendant une partie de cette période, elle défendait plusieurs membres de la communauté mapuche poursuivis dans le cadre de différentes affaires.
Nom : Karina Riquelme
Femme

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.