Écrire Une avocate spécialiste des droits humains et des militants détenus arbitrairement

Treize militants en faveur du droit à la santé et des droits humains, dont deux Sud-Africains et un Ougandais, ont été placés en détention par les autorités tanzaniennes. Ils ont été arrêtés lors d’une réunion consultative dont les participants débattaient de la décision du gouvernement de limiter désormais la prestation de certains services de santé. Accusés de « promouvoir l’homosexualité » en Tanzanie, ils n’ont toutefois pas été inculpés.

Le 17 octobre, la police tanzanienne a fait irruption à la réunion de consultation juridique organisée par l’Initiative pour les procédures judiciaires stratégiques en Afrique (ISLA) et l’organisation Services et plaidoyer communautaires en faveur de l’éducation à la santé (CHESA). Le but de la réunion était de débattre du fait que les deux organisations avaient prévu de saisir la justice afin de contester la décision du gouvernement de limiter désormais la prestation de certains services de santé. La police avait été informée à l’avance de la réunion et de son ordre du jour.

Treize militants en faveur du droit à la santé et des droits humains, dont Sibongile Ndashe, avocate sud-africaine spécialiste des droits humains et directrice exécutive de l’ISLA, et John Kashiha, directeur de CHESA, ont été arrêtés. Ils ont été maintenus en détention avant d’être libérés sous caution sans inculpation. Le lendemain, le commissaire régional de police a émis une déclaration publique dans laquelle il accusait les 13 personnes concernées de « promouvoir l’homosexualité ».

Les militants ont été de nouveau arrêtés et placés en détention le 20 octobre, suite à l’annulation de leur libération sous caution. La police leur a indiqué qu’une nouvelle enquête serait menée. Ils n’ont pas encore été inculpés.

Leur arrestation et leur détention sont perçues comme une manœuvre d’intimidation. Elles s’inscrivent également dans la démarche de harcèlement des autorités tanzaniennes à l’égard des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles, transgenres et intersexuées.

Le droit de demander réparation devant les tribunaux lorsque ses droits fondamentaux ont été bafoués est inscrit dans la Constitution tanzanienne (article 30, alinéa 3). La Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, dont la Tanzanie est signataire, reconnaît aussi le droit de faire appel aux instances nationales compétentes lorsque ses droits fondamentaux reconnus et garantis par les conventions, lois et coutumes en vigueur n’ont pas été respectés (article 7, alinéa a). La Tanzanie est partie à un certain nombre de traités internationaux relatifs aux droits humains qui reconnaissent, entre autres, les droits susmentionnés.

L’arrestation des 13 militants vise à dissuader les citoyens de saisir la justice lorsque leurs droits ont été bafoués. En outre, le fait que des avocats aient été arrêtés alors qu’ils conseillaient leurs clients quant à la démarche à entreprendre pour demander réparation devant les tribunaux a pour but de créer un environnement dans lequel les avocats craignent de fournir une représentation juridique et où il est difficile et dangereux d’amener l’État à rendre des comptes en cas de violations des droits humains.

Action terminée

Toutes les infos
Toutes les actions

Hong Kong : gazés, agressés et arrêtés pour avoir manifesté

Violences policières lors de manifestations à Hong Kong. Amnesty estime qu’il s’agit de violation du droit international. Signez notre pétition !