Écrire Une communauté bédouine risque d’être expulsée d’un moment à l’autre

L’armée israélienne a ordonné l’expulsion de 58 familles bédouines palestiniennes à Jabal al Baba, à l’est de Jérusalem. Cet ordre d’expulsion doit être annulé immédiatement.
Le 16 novembre, l’armée israélienne a émis une ordonnance militaire qui chasserait toute la communauté bédouine de Jabal al Baba, qui fait partie de la tribu des Jahalins, de son lieu de résidence actuel situé dans la zone C de la Cisjordanie, à l’est de Jérusalem. Jabal al Baba figure parmi 46 villages bédouins risquant d’être évacués de force. Cette communauté est composée de 58 familles comptant environ 290 personnes au total, dont 151 enfants.
L’ordonnance militaire, émise le 1er novembre, somme tous les habitants du village de quitter leur domicile et d’emporter leurs effets personnels sous huit jours. Ces derniers n’en ont été informés que le 16 novembre, alors que le délai qui leur a été donné pour évacuer les lieux expirait le 23 novembre. L’ordonnance d’expulsion a été émise pour « absence de titre de propriété » et « construction et occupation des sols illégales ». L’avocat des habitants a déposé un recours le 22 novembre, mais celui-ci a été rejeté le 6 décembre. Bien que l’armée israélienne n’ait pas encore mis son ordonnance à exécution, cette mesure déracinerait l’une des communautés les plus pauvres de Cisjordanie et constituerait un transfert forcé de population, qui est un crime de guerre.
L’administration civile israélienne, instance militaire qui gouverne la Cisjordanie occupée, envisage de déplacer le village sur un terrain situé à environ 300 m de l’ancienne décharge municipale de Jérusalem, près de la ville palestinienne d’Abu Dis. Les habitants ont déclaré à Amnesty International que depuis que l’avis d’expulsion a été émis, ils vivent dans un état de peur et d’anxiété permanent, surtout les enfants. La destruction répétée des logements et des sources de revenus de la communauté, qui vise à faire pression sur celle-ci pour qu’elle se déplace, constitue une violation du droit international humanitaire et relatif aux droits humains.

Action terminée

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Continuons à agir

Nageur professionnel, il a failli mourir en mer

La Belgique doit se montrer plus humaine : demandez des voies sûres et légales pour les personnes contraintes de fuir de chez elles. Signez notre pétition !